• JE RÉPONDS ICI à une question qui m'a été posée sur mon autre blog (overblog) que je mets en sommeil pour cause que maintenant les publicités y apparaissent au beau milieu d'un article, parfois au milieu d'un paragraphe ! La pub est un mal nécessaire sur ces supports gratuits, soit, mais il y a une manière de s'en servir. Na !

    BRIEST 1894 : vraiment à essence !

    Donc voici pour Philippe J. qui réclame une photo de la Briest dont j'ai passé un très mauvais document destiné à dater plus précisément cette machine. Philippe étant le propriétaire de cette photo était bien placé pour demander à la voir (même si je l'ai publiée ailleurs, sans doute dans Moto Revue Classic). Par ailleurs, un autre lecteur a l'air de croire qu'il s'agit-là d'une machine à vapeur. Que non point, cher Manuel S. car la Briest est bien motorisée par un moteur thermique à explosions dont le cylindre est cette...

    BRIEST 1894 : vraiment à essence !

    ... chose protubérante et pourvue d'ailettes qui précède dangereusement le véhicule. Encore plus en avant, ce qu'on pourrait prendre pour une hélice est en réalité le carburateur (du moins l'arrivée d'air, je suppute) alimenté en essence par le tube courbe et chromé relié à la cuve que l'on distingue au niveau de l'embase du cylindre. Le gros cylindre horizontal contient le carburant mais celui, de plus petit diamètre garde son mystère (huile de graissage ?). La direction de l'engin s'effectuait par le classique guidon, mais aussi semble-t-il par les pieds au moyen de biellettes articulées sur la fourche et actionnées par les deux cale-pieds. Il est vrai que tout le poids du moteur sur l'avant, plus l'effet de l'énorme volant-moteur extérieur devaient produire une direction lourde et peu précise. 

    BRIEST 1894 : vraiment à essence !

    Sur cette autre photo du Soleil du Dimanche, revue hebdomadaire parue le 7 juillet 1895, on distingue mieux la chaîne de transmission finale qui semble directe, depuis la sortie-moteur jusqu'à la couronne arrière. Pas trace d'un embrayage quelconque. La présence d'un éclairage de nuit  témoigne d'un optimisme certain. Le commentaire de la revue se borne à déplorer le déclin de la bicyclette au cas où elle s'adjoindrait un moteur...

    Pour plus de détails concernant le document auquel je fais allusion au début de cet article, on se reportera à mon autre blog : zhumoriste.over-blog.com

    BRIEST 1894 : vraiment à essence !

    ... et ceci qui n'a rien à voir mais me permet de continuer ma guerilla personnelle contre les censeurs de Facebook qui ne supportent pas de voir un téton féminin en photo car :  "Nous avons à nouveau examiné votre publication et elle ne respecte pas les Standards de notre communauté sur les scènes dénudées ou l’activité sexuelle. Personne d’autre que vous ne peut voir cette publication."                      


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires