• Cartes postales de vacances (2)

    Cartes postales de vacances

    On l'a déjà montré précédemment, le scooteriste des années 50 ne craint pas de se lancer dans les longs voyages, même si la pluie menace à en juger par son équipement. Par contre, son 125 Lambretta ne présente que le minimum syndical dans ce domaine : porte-bagages et sacoches en simili cuir de plastique. On note la preuve d'un bel optimisme en confiant une lourde valise à la seule sécurité de trois sandows... Sans parler de la répartition des masses (plus un-e passager-ère qui prend la photo) sur un véhicule déjà "chatouilleux" de l'avant.

    Cartes postales de vacances

    Retour à nos temps modernes avec la pêche à l'insolite pratiquée par Jacky Pichaud l'éternel voyageur, bien mal accueilli par ce panneau énigmatique sur sa route vers Albion. Mais en franchissant le Channel...

    Cartes postales de vacances

    ... une visite au National Motorcycle Museum (oui, il ont ça les Rosbifs, et c'est "National" !) l'a consolé de cette petite contrariété. Surtout en y trouvant le seul exemplaire connu d'une machine anglaise équipée d'un moteur français ! Cette D.M.W. (Dawson Motor Works) est le fruit d'une brouille avec Villiers, le constructeur de moteurs deux-temps qui a approvisionné durant des décennies toutes les marques britanniques en quart-de-litre. Jusqu'au jour où Villiers décida de ne plus fournir les trop petites marques, parmi lesquels D.M.W. Piqué au vif (en VO : stung) la direction de D.M.W. envoya un émissaire sur le Continent d'où il revint au début des années 50 avec, dans ses bagages, un amour de petit bloc-moteur 125 cm3 français signé A.M.C.

    Cartes postales de vacances (2)

     Il y avait là de quoi faire un joli pied de nez aux arrogants propriétaires de Villiers, le consortium du même nom... A.M.C. étant les initiales qui cachent l'Associated Motor Cycles, réunion de Matchless et AJS. Mais cet A.M.C. français n'était pas un moteur ordinaire avec sa grosse culasse chapeautée qui contenait une distribution à 2 soupapes avec chacune leur arbre à cames commandé par un arbre vertical puis un train de pignons. Le classique volant magnétique de la série était remplacé par une dynamo en bout de vilebrequin rechargeant une bobine, l'arbre d'admission entraînant le rupteur. Installé dans une partie-cycle en tubes carrés et muni d'une fourche avant de type Earles, la "Hornet" (Frelon) de D.M.W. connut des débuts difficiles, tout comme ses cousines françaises. De plus, elle coûtait à peine moins chère qu'une 350 AJS 7R. Elle disparut d'autant plus rapidement que Villiers consentit à fournir de nouveau ses moteurs à la "petite marque". Les temps étaient devenus durs pour l'industrie motocycliste britannique (et européenne). On connaît la suite de l'histoire.

    Cartes postales de vacances (2)

    L'un des A.M.C. double-arbre du Bol d'or 1953. Une demi-douzaine de ces moteurs étaient engagés par des marques diverses, mais une livraison tardive les empêcha de donner un aperçu de leurs possibilités. En plus d'un couvre-culasse démesuré, ce 175 présentait une originale tourelle ailettée pour le refroidissement du retour d'huile. Ironie de l'histoire, la meilleure performance des A.M.C. dans cette course fut l'œuvre de Pahin sur une Automoto 175 à moteur "simplement" culbuté (2ème derrière Tano et son 175 Ydral).

    Ce blog est la suite de zhumoriste.over-blog.com/ dont les 375 articles sont toujours consultables bien que ce blog soit désormais en sommeil.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    zerchot
    Samedi 5 Décembre 2015 à 21:54

    Les souvenirs de ma jeunesse et d'AMC  sont la succession d'ennuis divers et variés supportés par mes aînés frangins avec leur 175 normal, culasse ronde.

    Il faut dire qu'une moto utilitaire achetée d'occasion et entretenue  à budget très serré ne transpirait pas la fiabilité, ce qui leur avait permis d'extrapoler une nouvelle signification pour ces trois lettres: Avance Maudite Connerie !

    2
    jackymoto
    Samedi 5 Décembre 2015 à 22:45

    L'AMC double arbre le plus rapide était celui de Jean Mathieu de Bort les Orgues.  La culasse de Mathieu était fabriquée par mécano soudure,  c'est celle qui équipe la 175 très rapide de l'ami Régis Chassagne. L'AMC ordinaire est un bon moteur et de la belle mécanique, mais plutôt poumon en configuration d'origine.  Je les modifie en changeant le rayon des linguets pour gagner 10° d'ouverture sur chaque soupape, selon une méthode (bien) expliquée par un coureur dans Moto-revue. Les frères Chartoire mécanos passionnés et pionniers de l'aviation en Auvergne, étaient des fabricants de tours, pas des motoristes.

    l'AMC même s'il a équipé majoritairement des besogneuses, m'a toujours plu avec son bossage à l'arrière du carter moteur prévu pour recevoir une prise de compte tour (on peut rêver!) Je pense que la DMW doit être une des seules où il est utilisé!

     

     

     

    3
    DIALMAX
    Dimanche 6 Décembre 2015 à 21:33

    Cette année au GP de Vichy c'était sympa il y en avait deux avec le moteur double arbres dont celle du "père" Valeyre (père parcequ'il fait parti de mon histoire) d'ailleurs si mon père n'avait pas eu un grave accident en 1952 il devait prendre livraison d'un de ces moteurs AMC pour courir , je le regrette d'autant plus car aujourd'hui je l'aurais peut-être ?

    4
    thefrenchowl
    Dimanche 13 Décembre 2015 à 21:03

    Un peu plus sur DMW ici:

    http://www.historywebsite.co.uk/Museum/Transport/Motorcycles/DMWmachines1.htm

    Et le National Motorcycle Museum appartient a un particulier, pas a la nation anglaise ; - )

    Patrick

      • jackymoto
        Dimanche 20 Décembre 2015 à 10:07

        Et comme en France, les petites marques étaient beaucoup plus créatives

        que les leaders toujours frileux pour les innovations. Chez BSA, le leitmotiv était

        " Nous ne sommes pas là pour être des pionniers! "

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :