• L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    La bicyclette n'aura jamais autant mérité son surnom de "petite reine" que pendant ces années d'occupation. Elle circule à 10,7 millions d'exemplaires en 1942, soit 3,2 millions de plus qu'avant la guerre. Et elles ne sont pas bousculées, ni dans les rues, ni sur les routes où ne roulent plus que 680 000 voitures, soit trois fois moins qu'en 1939. À Paris cette prolifération de bicyclettes a créé une petite industrie du garage à vélos, ce véhicule devenu si précieux et si facile à voler. On peut y garer des motos, ou du moins des vélomoteurs comme celui qui est stationné, avec son cache-phare, en bout de file au centre de l'image ci-dessus (Photo Marcel Bovis). Tous et toutes sont pourvus de la plaque d'immatriculation réglementaire et du disque blanc fixé au bas du garde-boue arrière. On aura évidemment reconnu le décor caractéristique  des quais de la Seine... et aussi la Place de la Concorde (ci-dessous, photo Pierre Zucca) où l'on compte une douzaine de cyclistes et un fiacre mais pas l'ombre d'une voiture.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

     >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

    CEUX QUI POUVAIENT ROULER

    Les premiers sont évidemment les occupants dont les véhicules ont d'abord pénétré la France à une vitesse... médusante. Mécanisée à outrance, bien que n'ayant négligé ni les cavaliers ni les cyclistes, la Wehrmacht a dû ensuite renforcer son front de l'Est où ses blindés, camions, voitures et motos commençaient à rencontrer une forte résistance depuis l'entrée en guerre de l'Union Soviétique.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Un motocycliste allemand dans les rues d'une ville de l'Ouest ne semble pas troubler les habitants qui lui tournent le dos, intentionnellement ou pas. Tous, sauf  l'adolescent au milieu, de face... Prestige de l'uniforme ou plutôt de la D.K.W. du pilote ? (Photo Collection François Robinard).

    L'invasion des troupes allemandes suscita des réactions diverses dans la population française. Bien sûr la crainte, en souvenir des exactions commises durant la première guerre, amplifiées par les rumeurs les plus folles (les mains coupées des petits enfants...), mais aussi la curiosité et une sorte d'admiration devant des troupes jeunes, dynamiques, disciplinées en violent contraste avec la débandade des nôtres.

    Certains spectateurs se laissèrent aller lors de leur entrée dans Paris le 14 juin 1940. Témoin ce tableau édifiant rapporté dans La Gerbe : "À midi, on fraternisait avec les Fridolins. Y en avait même qui allait un peu fort. Rue Lafayette, pendant le défilé, une grosse bonne femme pouvait pas tenir en place. Elle arrêtait pas : "Oh ! Qu’y sont beaux ! Et ces chevaux ! (...), voyez-moi ça ces beaux hommes ! Et ces canons ! Et ces motos ! Ah ! ils avaient pas d’essence ? Et pas de matériel ? On s’est foutu de nous !". À la fin, je voyais qu’elle allait applaudir. J’ai été obligé de lui dire : Dites donc, la petite mère, tenez-vous un peu ! Y a des gars qui sont morts…".

    (Précisons que La Gerbe était un journal violemment antisémite, pro-allemand, collaborationniste. Le rédacteur en chef en était Marc Augier, motocycliste convaincu. Il publia quelques textes dans Moto Revue des années 30, suite à un voyage à travers l'Allemagne dont il revint enthousiaste. En 1942, il combattit les Russes dans la L.V.F. puis plus tard dans la Waffen S.S. française. Il se retrouva en Italie à la fin de la guerre puis disparut. Condamné à mort par contumace en 1948, il s'enfuit en Argentine dont, gracié, il revint en 1953. Parmi ses nombreux ouvrages dont on peut se passer, on retiendra "Une moto pour Barbara", publié sous le nom de Saint Loup en 1973. Il en fera la promotion en février (ci-dessous) lors du rendez-vous des motards de la place de la Bastille, en compagnie de l'actrice Yveline Arnaud qui lui aurait inspiré le personnage de son roman. Avec cinq films à son palmarès, le demoiselle est célèbre - entre autres - pour son rôle dans "Les nuits chaudes de Justine").

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

    ... OÙ L'ON RETROUVE LE FLAT-TWIN NATIONAL

     Grâce au livre "Gnome & Rhône - L'histoire des Motocyclettes", fruit du travail commun de Daniel David, Alain Chapeau et Stéphane Clergerie, on a appris que la marque avait construit durant l'occupation 3255 motocyclettes dont un millier en 100 cm3 (voir article du 26 juin dernier). Au vu des photos qu'on connaît de cette période, ces deux-temps étaient plus que rares. À vrai dire, on n'en connaît pas une image montrant l'un d'eux en situation. Par contre, la production des grosses cylindrées a été - relativement - plus abondante, d'autant que l'occupant a exigé qu'il en soit construit sous sa domination. C'est l'attelage Gnome 800 AX2 qui avait eu sa préférence car il en avait récupéré un certain nombre suite à la débâcle de notre armée et il avait pu juger de ses qualités.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Quelque part sur le front de l'Est, un attelage AX2 qui a terminé sa carrière aux mains de l'ennemi et devient un jouet pour une insouciante jeunesse locale.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Une autre en bien meilleur état a repris du service sous l'immatriculation Wehrmacht.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Quelques Indian ont survécu à la campagne de France et l'une d'elles se retrouve en 1941 à Rochefort-sur-Mer, probablement à l'École de l'Armée de l'Air... occupée.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    La Gnome & Rhône AX2 800 fut suffisamment résistante pour traverser toute la guerre et se retrouver en activité vers 1944, toujours aux mains de ces souriants soldats allemands. Mais cette fois avec une différence d'importance : ils sont prisonniers des... GI's américains que l'on aperçoit à l'arrière-plan à gauche ! (Le document provient du blog de "dada77139") 

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Sur une Gnome & Rhône X40, un membre de l'escorte officielle de Pétain (fourragère de la Légion d'Honneur ) se livre à l'une des évolutions toujours très prisées dans la police et dans l'armée. Un exercice peut-être un peu "déplacé" étant donné les circonstances... 

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    À Paris, la police utilise ses Gnome & Rhône "ordinaires" en concurrence avec ses René Gillet.

    Les flat-twins culbutées resteront donc françaises car réservées à la police et à l'escorte officielle du maréchal Pétain et de Pierre Laval dans leur gouvernement replié à Vichy. Baptisées X40, elles sont constituées d'un mélange savant de pièces d'AX2 et de X saupoudrées de quelques éléments de CV2. Elles furent produites à une centaine d'exemplaires et certaines ne finiront leur service qu'en 1960, après avoir escorté les présidents successifs de notre République rétablie.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    AU DÉBUT DE 1941, une "Armée Nouvelle" est crée en zone "nono" (non occupée) sous l'égide des autorités de Vichy (Photo ci-dessus ECPAD). Elle est constituée par 6 Légions de garde stationnées dans six grandes villes, auxquelles s'ajoutent une Légion en Algérie, une au Maroc et une autre en Tunisie. Ces Légions deviennent ensuite en mars 1942 des Régiments de la garde. Chacun d'eux est formé de deux groupes de quatre escadrons (1 à cheval, 2 portés et 1 motocycliste). L'engagement de 1, 2 ou 3 ans est ouvert à tout Français de moins de 35 ans, ayant effectué deux ans de service militaire, titulaire du Certificat d'études primaires et au casier judiciaire vierge. Les moins de 20 ans doivent fournir une autorisation parentale... Enfin, selon l'ignoble "statut" du 3 octobre 1940 que vient de signer le gouvernement de Vichy, la Garde est interdite aux Juifs.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Dans une exposition non-située, un stand "publicitaire" à la gloire de la cavalerie de la Garde. Faute d'y exposer un cheval, l'attelage René Gillet en tenue d'apparat y est à l'honneur, armé du fusil-mitrailleur 24-29. Le panneau "7" au premier plan cache ce qui semble être l'arrière d'une moins prestigieuse bicyclette. L'ensemble est réalisé au bénéfice d'une jeunesse encore un peu... tendre.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    L'affiche de cette Armée Nouvelle est alléchante et présente un militaire déjà gradé bénéficiant d'une solde tout autant alléchante. Un contrat de 3 ans donne droit à une "prime" de 3500 F et 2000 F par an lors d'un réengagement. Logé et habillé gratuitement, le garde (stage de 6 mois) touche de 720 à 990 F, somme qui peut atteindre plus de 1000 F (Maréchal-des-logis-chef), puis 1500 F pour un adjudant-chef. Les avantages d'une paye régulière sont appréciables à un moment où le kilo de viande (bœuf) est à 72 F... lorsqu'il y en, de même que le litre de lait à 4,60 F, soit 1 F de moins qu'un œuf. De plus, et cela a une importance au moins égale, l'engagement permet d'échapper au S.T.O., ou d'éviter la sinistre Légion des Volontaires Français recommandée chaleureusement par le bon Maréchal car, a-t-il déclaré : "(elle contribue) à écarter de nous le péril bolchevique (...) en sauvant l'espoir d'une Europe réconciliée". Cette L.V.F. finira absorbée par la S.S. nazie et disparaîtra dans l'apocalypse de la chute de Berlin en 1945. L'autre échappatoire était de passer dans la clandestinité qui alors n'a qu'un nom : le maquis.

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    La publicité subliminale n'a pas encore ÉTÉ "découverte", mais elle se pratiquait déjà en 1942 par le Secrétariat d'État à la Guerre qui édita cette affiche. En effet, elle s'adresse à presque toutes les couches de la population masculine. Le cheval est là pour rappeler ses origines au paysan (*) et quel jeune citadin ne se verrait pas chevauchant une motocyclette (présente par deux fois) ou aux commandes d'un char ou d'une auto-mitrailleuse ? Enfin, outre le prestige de l'uniforme, l'accent est mis sur les moyens d'une armée sportive.

    (*) ... légère contradiction avec les bonnes paroles du maréchal Pétain prônant par ailleurs le retour aux travaux des champs car : "La terre, elle, ne ment pas" (Phrase due à l'historien Emmanuel Berl qui lui rédigea ses premiers discours).

    L'album de famille des Français 1940-1970 (6)

    Dans les archives de l'E.C.P.A.D. on trouve cette photo sous le label "VICHY" et représentant un concurrent du rallye cycliste Orange-Nîmes en 1942 disputé entre plusieurs régiments de cavalerie. L'homme est un chasseur du 7e Régiment de chasseurs à cheval caserné à Orange, mais on ne trouve rien de plus sur cette "cavalerie cycliste". Il semble que faute de cheval, on se contentait de la "petite reine", mais on mettait déjà l'accent sur la sécurité grâce au casque à portée de la main. 

    L'affiche promettait une armée "sportive" et sur ce dernier point, les candidats à l'engagement ne seront pas déçus. En effet, au cours des mois suivants leur statut riche en péripéties va évoluer, et pas toujours dans le meilleur sens.

    (À suivre)

    Ce blog est la suite de Z'humeurs & Rumeurs, en sommeil désormais mais toujours consultable sur http://zhumoriste.over-blog.com/

    On se retrouve sur Facebook !

     

     

       


  • Commentaires

    1
    Jacques
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 22:06

    Merci pour cette "page" d'histoire nous rappelant que les motocyclettes ont aussi donné leur contribution dans cette triste période.

    2
    Jackymoto
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 22:40

    Un nombre considérable de morceaux de Gnome AX 2 trainaient dans les pays de l'est dans les années 70. Avec les camions Citroën U23, elles étaient très appréciées par la Wehrmacht. Il me semble que les Gnome étaient produites pendant l'occupation à Dijon chez Terrot qui assurait également la fabrication de groupes électrogène Zündapp (moteur dérivé de ceux des motos ,équipé d'un ventilateur). Après guerre il y avait des spécialistes de la rénovation et  vente de pièces pour les DKW .

    3
    Vendredi 31 Juillet 2015 à 10:03

    Pas trouvé trace de production Gnome à Dijon, mais on sait qu'à la déclaration de guerre certains services de Gnome ont été (ou auraient dû l'être ?) dispersés dans des villes de province dont... Limoges.

    4
    Jacques
    Vendredi 31 Juillet 2015 à 21:26

    Je n'avais pas rêvé, je viens de vérifier dans le petit journal de Daniel Pallegois où je l'avais lu . Il y a eu une tentative de production de la 800 AX2 avant guerre..exploitée à fond par la Wehrmarcht pendant les hostilités :(j'espère que les liens fonctionnent!)

    Faire la mémoire Terrot sur le Gogole  ou :

    <cite class="_Rm">www.comoria.com/40804/Gnome_et_Rhône</cite>

     

     

     

    5
    Bôcu
    Lundi 3 Août 2015 à 15:29

    bonjour

    d'aucun disaient d'ailleurs que certaines AX 2 furent siglées Terrot ....

    bonne journée

    6
    buhell
    Vendredi 7 Août 2015 à 15:53

    Non en fait c'est ici.... que La publicité subliminale a "était découverte"

    7
    Vendredi 7 Août 2015 à 19:49

    merci buhell, c'est pour détecter ceux qui suivent bien :-()

    8
    Mardi 8 Mars 2016 à 10:27

    Le musée en Flandre entre Bruges et Ostende a dans la collection aussi une AX2, d'origine en bleu claire, de la police, jantes chromés,pneux avec un rayon  en blanc,probable une des dernières faites peut être à Terrot, indication sur le cadre T et en dessous 19 04. Si vous êtes dans le Nord n'hésite pas de nous visiter parce qu'on a plus que ça.110 motos,scooters et vélomoteurs entre 1900 et 1978, et explication en 4langues pour chaque visiteur.Salutations très distinguées : johan schaeverbeke

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :