• La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    À L'ATTENTION DE CEUX QUI PRENNENT LE TRAIN EN MARCHE

    Cette série d'articles est la suite numérique des trois livres que j'ai consacrés à "La Motocyclette en France". Sont déjà parus un volume sur la période "1894 - 1914", un deuxième sur "1914 - 1921" tous épuisés. Un troisième traitant les années 1922 à 1924 est le seul encore disponible. La présente "édition" est remaniée et complétée à l'aide de documents découverts depuis la parution du volume-papier. Le présent article est le troisième de la série commencée le 4 mars 2015.

    SOUS LE FEU

    On ne connaît guère de trace officielle de l’utilisation de la moto durant le conflit de 1914-1918. Cependant nombre de documents photographiques témoignent de son usage et celui-ci, comme déjà dit, est nettement moins guerrier que d’aucuns l’avaient prophétisé.

    À une écrasante majorité, les motos illustrées sont d’origine britannique, tous les constructeurs d’outre-Manche étant devenus fournisseurs des armées. Certains ont livré quelques dizaines d’exemplaires seulement (52 Ariel, 79 Sunbeam, 161 Royal-Enfield) car, très rapidement le marché a été partagé entre deux fabricants : Douglas (18 315 unités) et Triumph (17 998 unités).

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    Le pilote est français, mais la Douglas est bien britannique malgré le drapeau tricolore. Il est probable qu'elle était empruntée-louée par un photographe professionnel (studio improvisé en plein air). Ceci permettait d'envoyer "à l'arrière" une photo du sujet plus valorisante car bénéficiant du prestige de la motocyclette.

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    Malgré sa moindre cylindrée de 350 cm3, la Douglas 2 HP 3/4 fut le modèle de cette marque le plus produit et utilisé sur tous les fronts, en France et dans le Commonwealth (Egypte en particulier), outre l'Italie, la Russie, l'Inde, etc.

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    L'illustration V ci-dessus provient du catalogue Douglas en français daté de 1914. Pour 75 F de plus, on pouvait obtenir la W très proche et de même cylindrée mais dotée d'un embrayage à cône-cuir.

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    Pilote militaire britannique en position de "recherche de vitesse" sur une Douglas. Les vêtements des deux gamins à l'arrière-plan semblent indiquer que la photo a été prise "at home".

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    "Je suis désolé, Mamz'elle, mais je ne peux pas vous emmener faire un tour à moto, cette machine est une propriété du gouvernement". Sur cette carte postale, l'officier est anglais, de même que sa machine (une Triumph ?)

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    En 1914, la France n'avait déjà plus la place de pionnière qu'elle avait été dans la décennie précédente. Elle avait produit des machines d'avant-garde dont la Koehler-Escoffier bicylindre, les Magnat-Debon culbutées, les Alcyon 4 soupapes, les Terrot culbutées de course, sans parler de la Peugeot twin ACT de Grand Prix. Cheval de bataille (...) de cette dernière marque, une Paris-Nice (photo ci-dessus) fait évidemment pâle figure, mais elle ne tient pas mieux la comparaison avec une banale monocylindre (Triumph, BSA) ou bicylindre (Douglas) latérales anglaise. 

    Toutes nos machines prestigieuses n'avaient malheureusement pas trouvé une descendance dans la production de série ou alors en volume extrêmement modeste. Les Anglais avaient pris le problème à l'inverse en faisant courir des machines du commerce dont les améliorations se retrouvaient rapidement dans le catalogue. C'était, appliqué à la moto, le fameux adage "racing improves the breed" (la compétition améliore la race) pratiqué chez eux avec la race chevaline. 

    nLa Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    Si fier de sa Triumph H attelée (une magnéto Dixie a remplacé la magnéto Bosch précédente), que ce vaguemestre en porte la marque sur son chandail. Une broderie peut-être réalisée par une lointaine mais attentionnée marraine de guerre. 

    On estime qu’à peu près la moitié de chacun des contingents Douglas et Triumph fut envoyée sur des fronts extérieurs à la Grande-Bretagne. Comme le sol français a vu défiler au total 15 978 motos anglaises, il est normal d'en trouver en nombre aux mains de nos soldats.

    La vie de ces combattants particuliers n’était pas toujours ce qu’au front on appelait un fricot, c’est à dire une sinécure. Une fois la paix revenue, les journaux spécialisés publieront quelques rares témoignages d’anciens motocyclistes militaires, récits spontanés, colorés et... édifiants ! L’un d’eux a évoqué le premier contact entre de futurs motars (c’est la première fois, semble-t’il qu’apparaît ce terme qui va connaître le succès que l’on sait et c’est l’orthographe de l’époque) avec leurs machines.

    "ON TOUCHE LES ZINCS"

    "Arrivés de la veille, moulus par un voyage de dix La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)heures sur les Saurers (modèle civil à droite) de la formation, les douze motars du N...ième R.A.C. sortaient un à un des cantonnements et blaguaient devant le parc quand, enfin réveillé, le regard vide et la vareuse débraillée, l’O.M. (Ndlr : Officier du Matériel ?) parut et d’un coup d’oeil circulaire s’assura qu’aucun de nous ne manquait à l’appel. En effet, moins heureux que nos camarades "camions", nous n’avions pu recevoir à temps nos trépigneuses et avions dû, quelle honte, faire l’étape de Tremblay-Mello sur les sièges inconfortables des trois tonnes et attendions fiévreusement le beau jour où nous pourrions enfin trépigner à notre aise. Lentement les bâches des Saurer se relevèrent, les portes détachées servirent de plans inclinés et, avec aisance, solos et sidecars gagnèrent le sol tandis que le lieutenant, qui décidément regrettait son plumard, nous affectait d’une voix pâteuse le numéro 95... et nous faisait signer le livret. Le sort en était jeté, nous venions de toucher les zincs.

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    Dans le parc bien entretenu d'une résidence cossue, une bien esseulée Triumph pose devant une section "camions" (sont-ce des Saurer ?).

    « On les tenait, mais hélas ! s’il est vrai qu’il y ait loin de la coupe aux lèvres, je crois qu’il y a encore plus loin d’une moto qu’on tient à une moto qui tourne. L’expérience allait le prouver de façon péremptoire.

    « En effet, dès que notre supérieur, par excés de confiance ou franc je m’enfichisme, eut tourné les talons, nous fîmes le plein et commençâmes à jouer du kick-starter. Pour sept d’entre nous ce fut en vain et tandis que nos camarades plus chançards s’égaillaient de tous côtés pour les essais, il ne nous restait qu’à commencer méthodiquement... à dépanner nos machines neuves. Pour mon compte, constatant avec désespoir que ma magnéto s’obstinait à ne pas vouloir allumer, je démontai le tout et trouvai que la douille en fibre de l’axe du marteau, dilatée par l’humidité, s’opposait au retour en contact des deux vis platinées. Toile émeri, rodage, remontage, essai à l’air libre et voilà la matinée passée sans qu’une seule explosion ait pu jeter une lueur d’espoir dans mon ciel légitimement obscurci.

    « La soupe mangée hâtivement, je remis la sauce. La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)Bientôt quelques velléités de démarrage se produisant, je tentai la voltige et, m’enlevant sur les poignets, m’élançai à travers le village. Hélas ! la poisse, l’éternelle poisse, la divinité maudite veillait. Les boisseaux d’air et de gaz, le pointeau de réglage du gicleur s’en donnaient à qui mieux mieux, et dans cet invraisemblable cafouillage la moto incontrôlable tantôt voulait m’emporter à 70 dans la mare aux canards, tantôt calait ou m’obligeait à faire un peu de première vitesse. Néanmoins, calme et raisonné, je multipliais les arrêts et, jetant quelques logarithmes sur mon carnet, déterminais avec précision les limites de débit d’essence (elle pesait 780) et d’air, tendais les

                        Preuve que la Triumph H méritait son surnom de "Trusty" (fiable), un motociste français édita jusqu'en 1927 un catalogue de toutes les pièces nécessaires à son maintien en état.

    câbles et arrivais à obtenir la course voulue pour la vitesse maximum et le meilleur ralenti. Quatre heures plus tard, j’abattais le kilomètre en 40 secondes et m’apercevais que j’étais premier prêt des sept infortunés auxquels la X.X.X..... Company avait joué le sale tour de livrer des zincs en panne.

    La Motocyclette en France 1914-1921 - Réédition (3)

    « Le soir venu, la farandole commença et onze machines sur douze étant au point, la bande de jeunes fous que nous étions bondit vers Clermont, comme une meute de chiens courants. Spectacle féerique que celui de ces onze bolides roulant à plein gaz dans la plaine sans fin qu’un pâle soleil de mars plongeant à l’horizon faisait flamboyer de sa lueur rougeâtre.

    « Onze moteurs emballés, onze hommes couverts de cuir, le paysage fuyant plus vite que dans un rêve et là-bas, vers le Nord, par dessus les collines, l’ombre des champs de bataille qui devaient nous dévorer. Nous roulions roue à roue dans une course effrayante, essayant les machines, nous essayant l’un l’autre pour savoir qui, là-bas, décrocherait la palme et qui, moins sûr en selle, serait mangé par la route.

    Enfin, quand la nuit étendant ses ailes noires nous apprit qu’il fallait tout de même rentrer au parc, nous savions à peu près quel serait notre sort et quand, décompressés, les moteurs stoppèrent, chacun sut ce qu’il était capable de faire. Un bon motocycliste se révèle au réglage et aux essais.

                         Un motar culotté ».

    (À SUIVRE)

    Ce blog est la suite de zhumoriste.over-blog.com/ dont les 375 articles sont toujours consultables bien que ce blog soit désormais en sommeil.


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    alan
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 12:53

    Ce superbe texte du "motar culotté" est une vraie leçon de Français !

    2
    jackymoto
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 14:50

    La calandre du camion ressemble a celle d' un Peugeot...

    3
    Newmap
    Dimanche 29 Novembre 2015 à 16:57

    Si ça peut aider quelqu'un, je peux échanger le 1894/1914 que j'ai en double contre les deux suivant.

      • Dimanche 29 Novembre 2015 à 18:59

        Les propositions devraient affluer !

    4
    yves
    Mardi 1er Décembre 2015 à 17:44
    Quelqu un a t il un plan pour racheter des copies des introuvables,mais indispensables livres de Bourdache
    Merci d avance
    5
    jackymoto
    Jeudi 3 Décembre 2015 à 00:22

    Il faut s'armer de patience, et regarder sur les sites variés . A l'époque j'en avais acheté 3 en pensant que ça ferait des cadeaux pour les copains moins prévoyants. J'ai offert le dernier il y a deux ans. Des aigrefins les proposent à des prix déments. Internet fait sortir les maquignons et ça monte même à la tête d'Emaüs de Limoges qui propose un "Séxé au pays des Soviets" à 200€! Idem les bouquins de Jean ou de Phil Irving sur le net. Les livres de ce dernier, j'arrive toujours à les acheter moins de 30€ car il y a des vendeurs réalistes, qui ont besoin de gagner leur vie.

    6
    CL
    Samedi 7 Janvier à 09:11

    replica christian louboutin heels wash the dirty vestige on the face to go, the noodles is expressionless to sit to chair christian louboutin daffodil pumpsHands wreath chest, replica christian louboutin heels leisurely the along while didn't make a noise andreplica louboutin shoesthe show sonchristian louboutin glitter pumps also have some replica louboutin pumpsto frighten into replica christian louboutin pumpsinaction.TheChristian Louboutin young lady in past always acts crazy,fake christian louboutin in addition to going to bed a rest, Christian Louboutin Dafsling Glittery Leather Slingback Platformhave no while being carefree a moment.replica christian louboutinBut Chen Yun inhermes replica, but let to show son whatever guessBuy Marlboro cigarettes, all can not guess her is just thinkingtrue religion factory outlet you come over.christian louboutin heels leisurely hurtled show son to flick to wave hand and signaled hintGiuseppe Zanotti Sneakers to show son to sit to ownly and nearby.Treat to show after son sit properly,Giuseppe Zanotti Sneakers Chen Yun is leisurely tiny tiny on smiling, have some to expectChristian Louboutin Isolde 20ans Specchio Laminato Black of lookinging FREY WILLEat and showing the sonchristian louboutin spiked heelsme the affair in our mansionchristian louboutin glitter heels.We all haveGiuseppe Zanotti sale in mansiongiuseppe zanotti shoes which persons,Christian Louboutin Asteroid I am still all not clear now.Once saw everyone once inchristian louboutin narcissus pumps the food hall last time, have already in a hurry left.Giuseppe Zanotti online I didn't know they actually ischristian louboutin studded pumps I exactly should call what goodGiuseppe Zanotti Boots.Show son to turn head sideways to looking at leisurely,christian louboutin replica to blink eyes,Christian Louboutin Highness 160mm Aurora Colorful Pumps as if deep in thought of thought a short momentGiuseppe Zanotti Sneakers outletsay greatly not big, say small also not smallgiuseppe zanotti.going to be thegiuseppe zanottiwill be the available everywhere over the three snazzy designsmarlboro cigarettesprints make the marlboro outletCarrier an all in one steal for one of the more and the Hip Baby Carriers, although a bitGiuseppe Zanotti Boots top of the range at - has several Giuseppe Zanotti Wedge Sneakersunique that brings to mind and fabrics to FREY WILLE online shoplearn more Nicholas Kirkwood shoes about buy from You are going true religion outlet to want in no way kiss goodbye yourchristian louboutin stores fashion feel for those times when purchasing a carrier as there are a lot of available carriers as well as sale Giuseppe Zanotti Sneakersthese all will make also a multivalentino replicaearned a short time shelled out allowing an individual your little a minumum of one Baby wearing has been practiced also a number of years and is the fact because they are done true religion outlet online storeeverywhere across the planet both totrue religion jeans outlet and from rural China to educate yourself regarding goingvalentino shoes to be the mountains true religion outlet onlineof Peru. You can shop alsovalentino outletin your a lot of unique shops as part of your malls or otherwisecheap true religion as part of your many online shops intrue religion outlet sale your aimed at your site Improved fabric andGiuseppe Zanotti Sneakers onlineshoulder brace straps and head helptrue religion online outlet you achieve makes going to be the Evenflo Snugli Comfort Carrier a multi functional real steal true religion outlet store and goingvalentino outletto be the dual aspect entry buckles makes a resource box easygiuseppe zanotti outlet as well as for being hermes jewelryable to get the baby all around the and around town having to do with element The Buy Marlboro cigarettes online often a machine http://www.giuseppezanottis.cc.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :