• Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    À quelques détails près, on pourrait, en 2016, prendre cette photo d'une lady au service de Sa Majesté un peu avant la guerre de 1914. Infirmière militaire, elle menait une Douglas type "Ladies Model" à cadre ouvert et moteur flat-twin longitudinal.

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    Cette 2 chevaux 3/4 de 350 cm3 à soupapes latérales est accouplée à une boîte à deux rapports avec embrayage cône-cuir. En version "hommes", elle fut abondamment utilisée par l'armée durant la guerre et sur tout les fronts, jusqu'au Moyen-Orient, en concurrence avec la Triumph H, une latérales elle aussi mais monocylindre. Au lendemain de l'armistice, elle furent vendues au titre des surplus militaires. Cependant peu de Douglas alimentèrent le marché français car elles trouvèrent facilement acquéreur auprès des motocyclistes britanniques sensibles à leur excellente réputation. D'autant plus que durant tout le conflit mondial, la production des Douglas avait été réservée aux armées.

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    Avec le Phänomobil, on entre dans le lourd, on peut même dire le Kolossal ! Ce trois roues allemand à traction avant a existé durant presque deux décennies au cours desquelles il a connu  diverses motorisations, du mono au 4 cylindres (!) transversal.

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    Ce N° 69 est un 900 bicylindre en V à soupapes automatiques (Pilote Chris Rolph) daté de 1909. Les carrosseries du Phänomobil sont encore plus variées que ses motorisations. Le principe de l'unique roue avant autorisait toutes les audaces, y compris le remplacement des deux roues arrière par des patins de skis, facilitant ainsi la circulation sur les routes suédoises enneigées (Toutes les photos en couleur sont de Gilles Destailleur).

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    L'importateur français proposait le modèle de base I en 6 HP 1/2 et deux vitesses par satellites (ci-dessus) à 2 850 F (capote en option : 175 F). Mais les prix montaient vite selon la cylindrée et la carrosserie. Ainsi, la version "Landaulet" de 12 HP à 4 cylindres plafonnait à 6 300 F. Pour ce prix on pouvait transporter quatre personnes...

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    ... mais c'est surtout en véhicule de livraison que les commerçants allemands l'appréciaient, son châssis bas autorisant des chargements encombrants et volumineux. En France, Monet-Goyon créa une "Voiturette" d'une semblable architecture à traction avant et motorisée par un Anzani monocylindre. Surnommé "Tête de bourrique", elle ne dépassa pas la centaine d'exemplaires (selon Jean Goyard, le spécialiste indiscuté de la marque mâconnaise).

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

     "PHAENOMOBIL, une voiturette impeccable et en même temps une source de sérieux profits. Ces voiturettes (...) remplacent avantageusement plusieurs chevaux et triporteurs ; ce sont les voitures idéales des médecins et des hommes d'affaires". Extrait du prospectus de M. Thunn qui, par ailleurs, vendait en 1913 les motos de la marque La Préférée, l'une des rares maisons françaises à monter des moteurs Anzani sur ses productions.

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    Sauf dans les grosses cylindrées, le monocylindre à soupape automatique commençait déjà à faire figure d'ancêtre en 1913, même signé Anzani, et surtout installé de cette façon "duboutesque". La manivelle qui dépasse du haut du réservoir commandait un changement de vitesse par satellites de la marque Kupke d'origine allemande qui était peut-être aussi le fournisseur de cet accessoire sur le Phaenomobil.

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    Pour rendre justice à l'esthétique des motocyclettes anciennes, et malgré la froidure, certains préfèreront toujours travailler "à l'ancienne"...

    Le Pioneer Run 2016 : reportage depuis mon canapé (3)

    AVIS AUX AMATEURS : J'ai remis la main sur une dizaine d'exemplaires du livre "Les Motos des Français - Un album de famille 1945-1970". Un chèque de 40 euros - port compris -  fera de vous un homme (ou une femme) heureux (heureuse).Tous renseignements complémentaires : janbour@free.fr


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jackymoto
    Jeudi 5 Mai 2016 à 23:42

    A l'époque de la première photo avec sa motocycliste, la cuivromanie (maladie des cuivres astiqués alors qu'ils étaient peints ou nickelés, combattue fort justement par le club du motocyclettiste) n'existait pas encore, il suffit de comparer les deux clichés de la Douglas à cadre ouvert...smile

    Nous sommes passés en fourgonnette à Banbury récemment : moto ou vélo obligatoire car tous les parkings sont payants, avec des flics en permanence...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :