• Les motos-chenilles : refusez les imitations ! (2)

    les motos-chenilles

    La plus connue de toutes ces "chenillées" est sans doute la Lehaître, peut-être parce qu'elle fit son apparition à la populaire Foire de Paris plutôt que sur le territoire "secret défense"  du Polygone de Vincennes. Sa photo fut diffusée en 1938 via les agences de presse, dans de nombreux journaux, spécialisés ou non. Elle inspira rapidement les artistes du futur qui comprirent rapidement à quel usage guerrier on pouvait la destiner. 

    les motos-chenilles

     L'artiste de Modern Mechanix s'est inspiré de la deuxième mouture de la Lehaître. Car, pas plus que la Mercier, cette moto-chenille ne convint du premier coup aux militaires, malgré sa facilité déconcertante à escalader un tas de pavés...  

    les motos-chenilles

    Première version. La volumineuse chenille Kégresse en caoutchouc était entraînée par une couronne arrière solidaire d'un gros galet. D'autres galets dans le "nez" de la carrosserie et à l'aplomb des roulettes assuraient le relais de la chenille. Sa stabilité était confortée par deux roulettes auxiliaires suspendues sur des lames de ressorts cantilever. Ce qui ne contribuait pas à alléger l'ensemble, lequel dépassait les 400 kilos que le bloc-moteur Chaise 500 ACT emmenait péniblement à des 30 km/h ! 

    les motos-chenilles

    La destination des roulettes reste un mystère. Elles sont mobiles sur le plan vertical et réagissent aux mouvements du guidon. Mais elles ce mouvement vertical n'est que de faible amplitude car limité par celui de leur ressort à lames cantilever. 

    les motos-chenilles

    Dans sa dernière version, Lehaître a supprimé les roulettes, à moins qu'elles ne soient dissimulées dans la carrosserie un peu plus élaborée (?). Toujours insuffisante aux yeux des militaires pour qui elle fut jugée "ne pouvant rendre aucun service à l'armée". 

    les motos-chenilles

    La Foire de Paris fut sans doute le seul lieu d'exposition où cette machine pouvait être montrée. Dommage qu'elle n'ait pas suscité plus d'attention de la presse spécialisée, ce qui nous laisse aujourd'hui sur notre faim de connaissances. 

    les motos-chenilles

    Dans un registre à peine plus raisonnable que ses "chenillées", Lehaître s'était déjà distingué en 1936 au célèbre Concours Lépine de Paris, parmi tous les Géo Trouvetou de la création motocycliste française. Dans la foulée des New-Motorcycle, Majestic et autres Durandal à châssis-coque les motos-chenilles en tôle emboutie de la toute fin des années 20, il a présenté son modèle, lui aussi en embouti mais articulé. De cette façon, la machine se dépliait comme un couteau suisse multi-outils ou un Leatherman, permettant en quelques secondes un accès aisé à ses principaux organes. La création du "french inventor" avait suscité assez d'intérêt pour traverser l'Atlantique et faire l'objet d'un article (ci-dessus) de la presse populaire nord-américaine, reprenant la presse française.

             Comme un air de Monotrace dans la Géomobile de  Géo Trouvetou (personnage créé par Carl Barks, chez Disney)

    Si la moitié supérieure relevable apportait un confort indéniable dans le cas d'une intervention sur les éléments de la partie motrice, la double articulation de la fourche, ainsi fragilisée, était d'une utilité plus discutable. Sauf à assurer l'équilibre de l'ensemble en position ouverte. Il est néanmoins dommage que pas plus cette machine que l'une des chenillées Lehaître ne soit parvenue jusqu'à nous. Mais tous les espoirs restent permis : il a bien fallu un demi-siècle pour que les Mercier refassent surface !

    (À suivre)

    ********************************************* 

    AVIS AUX AMATEURS : J'ai remis la main sur huit exemplaires du livre "Les Motos des Français - Un album de famille 1945-1970". Un chèque de 40 euros - port compris -  fera de vous un homme (ou une femme) heureux (heureuse).Tous renseignements complémentaires : janbour@free.fr


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jackymoto
    Mercredi 27 Avril 2016 à 20:59

    La Lehaître "dépliante" ne donne un accès pratique qu'aux culbuteurs et au carbu..pour le reste, il n'y avait plus qu'à sortir le moteur. Pour les roulettes, ça devait servir en théorie à ne pas se faire coincer sous cette enclume à chenille. En pratique nous nous souvenons tous de la bétise des roulettes stabilisatrices casse gueule de nos vélos de gamin: avec ça, on apprenait à se servir..d'un side-car.^^

    2
    Mercredi 27 Avril 2016 à 22:26

    Grâce a vos efforts la Lehaître n'est pas reléguée au néant.

    3
    Lundi 16 Mai 2016 à 09:49

    Une fois encore Didier Mahistre commence un commentaire par une attaque personnelle qui n'a pas sa place ici. J'ai donc décidé de supprimer ce commentaire, par solidarité avec F.-M. Dumas objet de la vindicte du personnage qui n'en est pas à son coup d'essai. Ceux d'entre vous qui voudraient connaître les informations (néanmoins utiles) contenues dans ce texte de D. M. peuvent s'adresser directement à lui par son mail : mahistre@aol.com

    Je précise qu'à l'avenir, les commentaires  de Monsieur Mahistre iront directement à la corbeille...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :