• MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Après la naissance puis la disparition prématurée de la première motocyclette digne de ce nom - en réalité dénommée bicyclette à pétrole ou parfois Pétrolette - c'est le tricycle qui a pris le relais momentanément, avant de quitter le terrain à son tour. Il a été victime de son embonpoint et de sa brutalité, conséquences d'une escalade à la puissance donc à la cylindrée. Cependant la leçon a été comprise par ceux qui croient toujours qu'une bicyclette "à moteur" a sa place en se substituant à la bicyclette "musculaire". D'un artisanat balbutiant, va ainsi naître une petite industrie dont la représentante la plus connue est la motocyclette Werner. Elle fut longtemps considérée comme étant la première "vraie" moto, ayant une partie-cycle avec le moteur - à essence - situé à l'emplacement qui allait faire école dans les décennies à venir. Des études et découvertes ultérieures ont montré que la Werner n'était pas à l'origine de cette géométrie, mais l'Histoire est une vieille dame qui a ses habitudes et des disciples difficiles à convaincre de leurs erreurs...

    (Cliquer dans les images pour les agrandir)

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Si la paternité de la motocyclette attribuée aux Frères Werner est discutable, leur bon goût en matière d'art ne fait aucun doute. C'est à Auguste Roubille (1872-1955) qu'ils ont commandé cette affiche, probablement l'une des plus belles, sinon la plus belle, de cette période. Deux couleurs seulement traitées en à-plat dont un orange lumineux, arabesques du décor et lettrage inventé, rubans ondoyants sont de pur style "art nouveau". L'artiste a choisi de ne montrer que le minimum des machines afin de ne pas casser l'ambiance bucolique et en même temps légèrement licencieuse. En effet, si l'Amour dans sa carriole est pur et gracieux comme il se doit, le personnage du second plan est un faune concupiscent, tandis que la demoiselle joue les oies blanches, une attitude démentie par le regard qu'elle lance au spectateur...

    N.B. : à propos d'oies blanches, n'en grossissez pas le troupeau. J'essplique : on peut trouver cette affiche sur eBay à un prix intéressant, quelques centaines d'euros. C'est peu mais c'est trop car C'EST UN FAUX. On le reconnaît à son papier trop blanc au dos et à une marge restée blanche autour de l'image. Celle-ci est de dimensions légèrement inférieures (le retrait du papier) à celles de l'original en hauteur comme en largeur. Ce FAUX est proposé avec un catalogue Werner qui est lui aussi un faux, ou plus exactement une reproduction à l'identique. Il y a plusieurs années, elle a été réalisée par le Club du Motocyclettiste doté alors d'une imprimante numérique de très grande qualité. À l'époque, ce catalogue - aux agrafes toutes neuves - fut proposé aux membres du club. Il est repérable par les photos de deux pages qui sont identiques, l'une étant inversée. J'ignore à ce jour si l'affiche est de même origine, bien que ce soit fort probable. Vous voilà prévenu.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    L'intérieur de la succursale Bibendum-Michelin de Londres s'orne de cette céramique consacrant la victoire d'une Werner dans le marathon de 1902, premier et dernier du genre. Sur 19 "motocycles" au départ, un seul tricycle (sur 5) et quatre motocyclettes (sur 14) atteignirent Vienne. Bucquet était premier de sa catégorie et 50ème au classement général. Une autre Werner pilotée par Labitte terminait en 58ème position les 1400 km du parcours.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    D'origine roumaine, Hugo d'Alesi fut ce que les connaisseurs appellent, avec un brin de condescendannce, un spécialiste de "l'affiche de chemin de fer", genre répétitif qui incluait obligatoirement la description d'un site, d'un monument, d'un paysage touristique. Avec cette Griffon, il est fidèle à sa manière, magnifiant beaucoup plus le décor de la Côte d'Azur (baie de Villefranche-sur-Mer) que la motocyclette monté par un personnage sans grande souplesse. Au point qu'on peut se demander si l'homme et la machine, assez bien réalisée, elle, sont du même pinceau que celui qui a brossé le décor avec un talent si mièvre qu'il est surnommé (aussi) par certains "le Tino Rossi des gares"... Des jaloux sans doute.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Autre affiche de la même marque mais dans un tout autre style ! Dynamique et précise en même temps, et pour cause : elle est directement inspirée par une photo publicitaire parue en pleine page dans la presse. Alors, inspirée ou calquée par son signataire du nom de Trinquier-Trianon ? À vrai dire, c'est sans doute pour la gloire des cycles Griffon que cette affiche a été conçue car la moto d'entraîneur illustrée ici n'a jamais fait partie d'un quelconque catalogue de la firme de Courbevoie ! 

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

     La précision du trait de Thor est remarquable comme on l'avait déjà vu avec l'affiche du tricar Griffon publiée dans l'article précédent. Précision, car on reconnait très bien la bicylindre à moteur Zedel de 1903-04 dans son élan furieux, bondissant sur la caillasse de la route devant des spectateurs estomaqués. Il existe une carte postale photographique de l'époque permettant de voir que Thor n'a rien exagéré. Et aussi quel violent contraste avec le motocycliste précédent de Hugo d'Alesi ! En revanche, point trop de renseignements sur l'artiste lui-même qui a beaucoup travaillé pour Griffon et aussi Alcyon (cycles). La recherche sur le ouèbe est d'autant plus difficile que son patronyme est pollué par un certain "Thor" qui fait dans le cinéma et m'a tout l'air d'être une daube de toute première qualité ! Le Thor des Marvel Comics de nos adolescences devrait le travailler au marteau ! L'illustration de Griffon au Ventoux a été utilisée en affichette d'intérieur et en couverture d'un petit prospectus "Tarifs 1907" distribué au Salon de Paris 1906.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Lorsque Alcyon se passe des services de Thor, le résultat laisse plutôt dubitatif quant au but recherché. Composition confuse, scène banale mettant en vedette une automobile qui "mange" toutes les autres machines, on n'est pas loin du degré zéro en publicité (l'auteur serait Marcel Bloch 1884-?). Cependant, une telle affiche présentée en 2013 lors d'une vente aux enchères était estimée de 2 000 à 4 000 euros, alors que la plus intéressante Gladiator "avec facteurs" (voir plus bas) n'atteignait qu'une fourchette de 800 à 1600 euros (je ne connais pas les prix atteints réellement). Si vous êtes collectionneur d'affiches, ne tenez donc aucun compte des opinions "artistiques" exprimées dans ce blog...

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Il faut avoir l'œil exercé pour découvrir qu'il y a bien une moto Clément dans cette affiche de Louis Bombled (1822-1927) point trop exigeant. Il était spécialisé dans les scènes historiques et surtout militaires, comme on s'en douterait... La Clément-moto était dénommée "Autocyclette" au catalogue, ce qui expliquerait que seuls les noms Automobiles et Cycles soient mentionnés ici.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Gladiator est une marque créée par Darracq et alliée à Clément-Humber depuis 1896. Elle produira des cycles, motocycles puis motos presque semblables à ceux de Clément. C'est le célèbre Misti (Ferdinand Mifliez) qui a inspiré cette affiche qui reprend, presque trait pour trait, celle que le maître avait signée. Seul détail, mais qui change tout, le "copieur" a dû intégrer un moteur avec réservoir, guidon et manettes dans la bicyclette originale...

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    ... illustrée précédemment par Misti lui-même. Les autres différences portent sur le costume de la motocycliste, coiffure, couleur et mouvement de la jupe-pantalon, décolleté plus prononcé et signature de l'œuvre qui devient "d'après Misti".

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Avec les gendarmes, le garde-champêtre, les militaires, tout ce qui porte un uniforme est une cible pour l'humoriste. George Paulme revient à l'anecdote avec ce facteur à l'ancienne, puisque cycliste, sidéré par la concurrence d'un moderne facteur motocycliste ou télégraphiste. Une utopie du début de l'autre siècle et qui l'est restée... un siècle plus tard.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    La "double suspension" était une particularité de la Stimula qui aurait mérité d'être mieux mise en valeur, même si la fourche avant sur bras oscillants comme celle de l'arrière (amortisseur unique sous la selle) venaient du cyclisme, du moins leur principe. C'est encore George Paulme qui a signé cette composition, disons, humoristique, qui sera réutilisée en couverture du catalogue de la marque.

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    De tous temps, la vitesse a été un thème utilisé pour vanter les prouesses d'un véhiculeLes Rochet n'étaient pas parmi les plus valeureuses des motos dans la compétition comme le furent les Alcyon, Griffon ou Peugeot. C'est pourtant dans la course que P. Chapellier en montre une, affrontant une meute trompée par la pelisse de fourrure du pilote. Les chiens se sont  détournés de la chasse au cerf visible au loin. Le même artiste reprendra la même idée, toujours pour Rochet, mais cette fois le motocycliste luttera contre une... locomotive !

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Comme le tricycle, la motocyclette de course peut figurer en décor d'une montre de gousset. Le léger relief finement détaillé de ce modèle en argent a résisté aux manipulations quotidiennes que la montre-bracelet permettra d'éviter dès les débuts du XXème siècle. Sur vouiki, j'ai appris qu'avant cette période les montres-bracelets pour hommes étaient considérées comme "farfelues, voire très efféminées". Aujourd'hui, le plus que la montre est grosse, le plus que l'homme est viril... étrange, non ?

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    La plus connue des affiches Peugeot d'avant-14 représente un militaire de profil sur une moto dont la roue avant chasse une oie, mais la plus rare est celle-ci. Pour la raison qu'elle est recherchée par les amateurs de tennis, gens réputés riches (?) qui, en vente publique, peuvent faire monter les enchères à des hauteurs sans rapport avec le chéquier du motocycliste moyen (expérience vécue). Cette affiche, comme celle du militaire évoquée plus haut, est l'œuvre de E. Thélem (Ernest-Barthélémy Lem, 1869-1930).

    Note personnelle : Lorsque j'ai commencé à m'intéresser aux affiches motocyclistes, je suis entré en contact avec un brocanteur qui est venu me présenter celles qu'il avait. Il est arrivé au volant d'une Renault 4L dont la partie arrière était aménagée en plusieurs étagères sur lesquelles se trouvaient des petits paquets d'affiches soigneusement conservées dans leurs pli. Il y avait celles du militaire de Peugeot, des Favor (papier) petit format et grand ainsi qu'une autre Favor cartonnée. Il les vendaient au vingtième environ de ce qu'elles valent aujourd'hui... J'ai pris la Peugeot et la Favor. Dans les mois suivant, on trouvait les "petites" Favor (on en trouve encore) sur quantité de brocantes et marché aux vieux papiers. Notre homme avait dû tomber sur un filon qui dormait chez un imprimeur. 

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    On sait que René Gillet avait des idées bien personnelles sur la motocyclette. Il en avait aussi sur l'art qui lui ont fait accepter cette affiche signée de P. Ribera plus faite pour effrayer que pour inciter à l'achat d'une moto. Elle a fait partie de ma collection durant quelques temps, mais je ne l'ai jamais exposée au mur avec les autres. J'avoue tout : c'est la seule avant-14 dont je me suis séparé et sans regrets !

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Le Turinois Nicolas Tamagno (1851-1933) réalisa un grand nombre d'affiches pour le compte de Terrot, sur le thème aussi bien des cycles de la marque que de ses motos. Le sujet de celle ci-dessus (1904, première affiche-moto de Terrot) est la 2 CV 1/2 apparue en 1903 et adoptant l'architecture bientôt classique avec moteur en bas du cadre. La supériorité de la moto sur le cycle est discrètement suggérée par la tête abattue et incrédule du moustachu cycliste, en bas à droite de la scène. Un a parte discret car Terrot ne doit pas oublier que le plus clair de ses ventes repose sur la bicyclette. La présence de la cycliste à l'arrière-plan pourrait signifier qu'elle fait aussi bien que la moto car elle-même est montée sur une machine dijonnaise. Mais c'est aussi un rappel d'autres affiches Terrot de

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    cyclisme très connues sous le nom de "L'impertinente" et signée d'artistes successifs, dont Tamagno. Elle représente une jeune fille à bicyclette faisant un pied de nez ou la nique (comme ci-dessus) à ses suiveurs cyclistes épuisés. Autre affiche et même geste de l'impertinente qui, cette fois en débouchant d'un tunnel nargue... une locomotive ! Tunnel + locomotive, une image symbolique qui a dû enchanter un Sigmund Freud et qui a souvent été utilisée par les cinéastes, dont un certain Alfred Hitchcock (in "La Mort aux trousses").

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

     

    Nouvelle utilisation de "l'affiche dans l'affiche" avec cette visite de l'architecte sur son chantier de construction. Le pinceau de Tamagno décrit avec précision la Terrot-Zedel de 1909. Avec ce thème aux intentions claires, Terrot s'adresse à une clientèle plus large que celle des sportifs amateurs de performances et s'affrontant aux cyclistes. La motocyclette s'affirme en engin utile et indispensable à l'homme moderne et actif. 

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

     

    Virage à 180° en 1913 avec Dréville et son clown caricatural aussi excité que coloré. Pour le moins, il assez peu conforme à l'image du "touriste" auquel est destinée cette Motorette "coursifiée" grâce à son guidon du type "baisse-la-tête-t'auras-l'air-d'un-coureur !".

    MOTO ET (beaux ou moins beaux) ARTS - 2

    Cette affiche d'intérieur de Nicolas Tamagno reste ambigüe : grandes manœuvres (le brassard du militaire indique qu'il est du camp français) prémonitoires à la veille de 1914, sur fond d'horizon enflammé qui ne présage rien de bon, à moins qu'il ne s'agisse d'un lever de soleil (?). La question peut se poser malgré l'anecdote semi-réelle mais difficile à déchiffrer : l'avion vient de lancer un message contenu dans l'étui en cuir que l'estafette Terrot s'apprête à ramasser. On est assez loin de l'intention publicitaire.

    (À SUIVRE)

    >>>>>>>>>><<<<<<<<<<

    En inscrivant votre adresse mail dans la case "Pour s'abonner" de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :