• Motos Moser : je ne sais rien... mais je copie tout !

    Motos Moser : je sais rien, je dirai tout !

    Spécialiste respecté dans notre monde de la moto ancienne, Claude Scalet passe pas mal de temps en Italie où il a de nombreux amis. L'un d'eux est propriétaire d'une machine assez rare puisqu'il s'agit d'une Moser monocyclindre de 1910/12 environ sur laquelle il aimerait avoir quelques détails. Il n'est pas dans les habitudes de ce blog de répondre à des sollicitations individuelles. Sauf si elles peuvent rendre service à plusieurs lecteurs à la fois. D'autre part, la documentation sur les Moser semble plutôt rare et il se trouve qu'un catalogue millésimé 1911 et bilingue est arrivé entre mes mains. Comme il y a peu de chance que l'occasion de l'utiliser se représente à l'avenir, en voici les plus succulents extraits et, espérons-le, les plus utiles.

    1000 excuses à Claude Scalet et à son correspondant transalpin, mais son mail s'est évaporé de mon ordinateur (si, si, j'insiste, évaporé !).

    Motos Moser : je sais rien, je dirai tout !

    Motos Moser : je sais rien, je dirai tout !

    Dès les premières pages, l'usager est averti de ce qui l'attend, mais à l'époque c'était l'usage. L'habitude a persisté jusqu'à nos jours, mais le conseil se résume assez souvent au rituel "Prendre contact avec votre concessionnaire habituel"...

    Motos Moser : je sais rien, je dirai tout !

    ... "démonter alors l'un après l'autre et non tout à la fois le carburateur ou les bougies"... quel judicieux conseil si souvent ignoré !

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    Entre le Motocyclette trop banal, le Motosacoche déjà pris comme le Moto Rêve, c'est le nom Motoclette un peu bancal qui fut choisi, mais sans donner de postérité.

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    Les armes de BSA sur le pédalier signent sans doute aussi le reste de la partie-cycle fournie par la marque britannique dont c'était une spécialité. Pas d'explication sur les lettres BM qui suivent le logo Motoclette. Peut-être "Bicyclette à Moteur" ? Autre curiosité qui confirmerait un ensemble adaptable sur toute bicyclette, le minuscule réservoir d'huile fixé au tube de cadre sous la colonne de direction. 

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    Comme sur les bicylindres de la marque, la distribution du mono est à soupapes latérales (commandées)alimentant un cylindre de 72 mm d'alésage x 78 de course. On trouvait déjà cette moderne avancée technique sur les modèles de 1909 (ou avant ?), ce qui n'était pas encore le cas chez de nombreux constructeurs, dont les français fidèles à la soupape automatique.

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    Signe que les bicylindres étaient en faveur chez Fritz Moser, deux pages seulement décrivent la monocylindre contre cinq pour les bicylindres, y compris un étonnant tandem à double direction.  

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    Les bicylindres reçoivent le traitement "grosses motos" avec un cadre simple berceau, un freinage à bande sur la roue arrière. Le réservoir d'huile semble avoir trouvé sa place "raisonnable", incorporé dans celui du carburant.

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    Une étape est franchie avec ce qui est sans doute la plus grosse des bicylindres en 9 HP (700 cm3). Machine basse et empattement plus long procuraient une position plus sure et plus confortable.

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    La fourche avant suspendue sur balanciers est d'un type que l'on rencontre aussi chez la concurrence suisse de l'époque. Un frein à patin s'applique dans la poulie de transmission. Au-dessus de la pédale on distingue une petite poulie-roulette qui permettait de tendre ou détendre la courroie afin d'obtenir un semblant de débrayage. Le pédalier n'est plus un BSA. Curieuse position de la pompe à huile manuelle fixée horizontalement sur le réservoir.

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    La réputation suisse aidant, les moteurs Moser séduiront plusieurs autres constructeurs européens et au moins un britannique (AKD).

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    À la veille de la Première guerre, Automoto monta également le Moser bicylindre à soupapes latérales. Cependant, c'est avec Dollar qu'il s'affirmera en France au début des années 20 avec un 175 à culbuteurs qui lança la marque.

    Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

     Motos Moser : je ne sais rien mais je copie tout !

    ****************************************

    AVIS AUX AMATEURS : J'ai remis la main sur une dizaine d'exemplaires du livre "Les Motos des Français - Un album de famille 1945-1970". Un chèque de 40 euros - port compris -  fera de vous un homme (ou une femme) heureux (heureuse). Tous renseignements complémentaires : janbour@free.fr


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    gigi
    Jeudi 17 Mars 2016 à 18:50

    Avec beaucoup d'à -propos ,on peut lire  ça sur le site Pit-lane :


     http://www.pit-lane.biz/viewimage.forum?u=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F649887moser.jpg

    un courrier entre les établissements Zurcher et Sulzer , tout deux helvètes , mais pas underground ...

    2
    jackymoto
    Jeudi 17 Mars 2016 à 21:12

    Eh oui au début du siècle dernier tous les livres de vulgarisation à la conduite des véhicules à moteurs, conseillaient de peser la densité de l'essence lors de l' achat (par bidons de 5 litres consignés). Le carburant était  bien plus couteux que maintenant.

    3
    scalet
    Vendredi 18 Mars 2016 à 09:57

    Salut Jean, grand merci à toi de la part de mon ami italien, par ailleurs organisateur d'une rencontre d'ancêtres "I Pionieri" a Poggibonsi en Toscane. Grâce à toi nous voilà un peu moins idiots.

    4
    hervé
    Dimanche 12 Juin 2016 à 22:13

    bonjour,

    ce catalogue est très intéressant à plus d'un titre.  Sur la couverture sont mentionnés les ateliers de constructions mécaniques et fabrique de moteurs ainsi que la marque St AS crées par Fritz Moser en 1906 à St Aubin près de Neuchatel en suisse. à l’intérieure les motocyclettes présentées sont ciglées Motoclette BM et sur la dernière page on peut lire vente exclusive par les ateliers de constructions de la Motoclette par les établissements Fritz Haag et Cie à Genève. si Moser vend  des moteurs à une ribambelle de marques européennes ( condor, dollard, Abingdon King Dick, Imholz, Buratti, Miller-Balsamo, Oméga, Radior...) il a aussi ciglé des moto Moser depuis 1906.  Donc  qu'elles sont les relations ente Fritz Moser et Fritz Haag en 1911 et depuis quand ? existe t'il encore des motos ciglés Moser à cette époque? 

    hervé Dreux

     

    5
    Trabi11fr
    Samedi 4 Novembre à 19:31

    La MOTOCLETTE était bien équipée d'un moteur MOSER mais n'était pas construite par Fritz Moser. le constructeur était les Ets. Motoclette, Genève.

    Elle est présentée dans le catalogue de Fritz Moser uniquement à titre "publicitaire", chose courante à l'époque pour montrer que ses moteurs étaient utilisés par d'autre avec succés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :