• Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "coloré"

    EN JANVIER 1860, Laurence M. Keitt déclarait à la tribune du congrès de Caroline du Sud : "Le parti anti-esclavagiste soutient que l'esclavage est mauvais en soi (...). Nous, du Sud, nous disons que l'esclavage est juste !". À la fin de la même année, la Caroline du Sud est le premier état à faire sécession et s'engage dans la guerre du même nom. Cet état est alors le plus esclavagiste de tous les états américains : 57 % de sa population est en esclavage et 46 % des familles blanches ont au moins un esclave.

    Myrtle beach

    Est-ce un pur hasard ou bien le doigt du destin qui s'est posé sur cet état  pour en faire le point de ralliement annuel de milliers de motards ? ! Des motards américains qui se réunissent, il y en a bien d'autres à travers tout les États-Unis, à Daytona, Bonneville ou Sturgis. Mais ceux de Caroline du Sud ont une particularité : ils ont la peau noire ! Et ils le proclament fièrement avec leur écusson : Black Bike Week, assorti du lieu, Myrtle Beach et de l'État, S.C. (South Carolina). 

    Myrtle beach

    Myrtle Beach, station balnéaire sur l'Atlantique est célèbre pour sa plage qui se prolonge sur 100 kms ! On lui connaît l'une des plus grandes roues des USA (90 mètres), attraction parmi des dizaines d'autres qui en font un genre de Disneyland pour petits et (plutôt) grands et grandes

    Myrtle beach

    Grand à l'image de ce King Kong qui surplombe le Hollywood Wax Museum (musée de cire) où l'on retrouve Marilyn, Clint Eastwood, Dolly Parton, Michael Jackson ou... Lady Di ! (pas de frenchies, pas même Maurice Chevalier).

    Myrtle beach

    En passant, un clin d'œil à Alfred Hitchcock et son terrifiant "Les Oiseaux"

    Myrtle Beach : l'Amérique "Colorée"

     Un gisant "Sur la plage abandonnée / Coquillages et crustacés.../ Une œuvre d'art en sablé / Qu'emportera la marée...", sauf s'il s'agit d'un faux-fake ?...

     MAINTENANT QUE LE DÉCOR EST PLANTÉ, place aux acteurs ! Acteurs avec un "S" car ils sont 375 à 400 000 avec leurs motos selon les années. Ils vont animer les rues de Myrtle durant plusieurs jours précédant et prolongeant le Memorial Day qui honore la mémoire des G.I's tués au combat.

    Myrtle beach

    Selon les statistiques les plus fiables, 10 à 15 % des motocyclistes  qui roulent aux États-Unis sont des femmes. C'est beaucoup, mais on le croit volontiers avec démonstration grâce à des milliers (des milliers, oui) d'images             * À Voir sur Blackbikeweek + millésime de l'année, à partir de 2008.

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

    Qu'elles soient passagères ou aux commandes, on remarquera que ces dames sont toujours souriantes, (et fières de leur plastique...). Mais comment ne pas l'être lorsqu'on est dans une foule d'amis vivant une même passion...

    Myrtle beach

    ... avec en prime le soleil, la plage, la musique, des bars à foison et dans l'attente (l'espoir ?) peut-être d'une rencontre sentimentale. Et plus si...

    Myrtle Beach : l'Amérique "Colorée"

    Au milieu des années 2000, la municipalité avait décidé d'imposer le port du casque. Le but caché était, bien sûr, de décourager les blacks de se rendre à cette "Bike Week". En 2010, la mesure était déclarée illégale par la Cour Suprême des États-Unis (sauf pour les mineurs). Rien d'autre sur la sécurité, sauf quelques rares bottes car changer de vitesse avec des tongs n'est pas idéal pour la boîte, ni pour...les orteils !

    Myrtle Beach : l'Amérique "Colorée"

    Naaaaaaan ! Ce qu'il faut voir (Regardez-moi dans les yeux quand je vous parle !), c'est la plaque du véhicule dont on trouve nombre d'exemples à Myrtle Beach. Mais va savoir si c'est une fantaisie admise le temps de la BBW ou une pratique régulière, voire légale, chaque état ayant ses propres critères... Bon, d'accord, maintenant vous pouvez regarder le short bleu 

    Myrtle Beach : l'Amérique "Colorée"

    ... Parce que, si c'est pas légal (la plaque, pas le short... quoique) la brigade de répression est à l'affût sur des bicycles bien plus rapides que les motos, vu la congestion du trafic (On dirait que le premier à partir de la droite fait rire ses copains avec la fameuse blague du "vélo sans sel" (Bon, je sors...).

    Myrtle Beach : l'Amérique "Colorée"

    Mais il y a quand même l'US Cavalry prête à venir à la rescousse s'il le faut, même si elle se montre "cop friendly" en saluant le photographe d'un V complice. Mais ce motard n'est peut-être pas "de la paroisse", car lors de la BBW, les comtés limitrophes sont sollicités pour épauler les 300 collègues locaux ce qui porte à 550 le nombre de "bleus" sur le terrain. 

    Myrtle beachPas très au courant des usages en vigueur, certains font preuve d'originalité sans le vouloir. À moins qu'il ne s'agisse d'un couple français arrivés directement des endroits où la barbe se porte "tendance" tout comme le petit bada de maffioso cher à San Antonio.

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

    Les copines viennent aussi ensemble, mais il y en quand même l'une des deux qui porte la culotte. La passagère s'entraîne sans doute en vue des nombreux concours de bikinis. Il semble y en avoir un ou plusieurs tous les soirs, avec cocktails offerts aux concurrentes.

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

    Mais il n'est pas absolument nécessaire d'être motarde pour y participer ! Dans les rues, il ne manque pas de bonnes copines pour provoquer des candidatures "sauvages" laissées à l'appréciation des passants... 

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

     Le tuning (puisqu'il faut l'appeler par son nom) se porte bien à Myrtle. On dirait même que c'est la raison d'être de la BBW que de s'y montrer. Il sévit à fortes doses et les plus monstrueuses machines en portent les stigmates. À commencer par la "plus des plus", la Suzuki 1340 GSXR, de son nom de jeune fille "Hayabusa" (ci-dessus), quelle que soit l'année de naissance.

    Myrtle Beach : l'Amérique en version "Colorée"

    La première modification est l'allongement du bras oscillant, mais c'est à double tranchant quand on voit ce qu'encaisse la chaîne - plus longue elle aussi - d'une "Busa" (+ de 200 chevaux en version catalogue), au départ d'un "drag" (Image cueillie sur le vouèbe).

    Myrtle Beach : l'Amérique en version "Colorée"

    Différents types de rallonges du bras sont proposés, mais presque tous sont destinés à des "Superbikes". Suzuki semble être le premier choix suivi de Kawasaki (ci-dessus), mais il est difficile de citer précisément telle ou telle marque tant les transformations sont nombreuses. 

    Myrtle Beach : l'Amérique en version "Colorée"

    À l'origine, l'allongement du bras oscillant est destiné à contrer le cabrage de l'engin (wheeling, en français) lors de courses de dragsters. Mais ici, manifestement, c'est le "pour faire comme" qui est recherché.

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

    La moto d'origine ou "tunée" est-elle une arme de séduction massive ? À voir !

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

    Dans une région aussi sensible à son passé esclavagiste, ce genre d'image a une signification qui ne laisse pas indifférent... Surtout venant d'un Américain qui affirme sa fidélité motocycliste à un pur produit de l'Amérique "great again" chère au Donald péroxydé.

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "Coloré"

    Autre image provocante, deux filles sur la même moto, l'une est blanche (Pardon, chez eux on dit "caucasienne"), l'autre est noire (coloured)... et mineure puisque soumise au port d'un casque. 

    Myrtle Beach : l'Amérique motarde côté "coloré"

    À LA DEMANDE GÉNÉRALE, il sera procédé dans un avenir proche à une nouveau reportage sur la BBW. Restez à l'écoute !


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Thierry17
    Mardi 7 Mai à 09:48
    Thierry17

    Des images bien agréable par cette fraîcheur hivernale.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :