• René Gillet au Bold'Or 1932

    René Gillet au Bold'Or 1932

    POUR SA SEULE ET UNIQUE APPARITION OFFICIELLE AU BOL D'OR, René Gillet, ci-dessus (manteau de cuir) au milieu de ses mécanos et amis, avait fait les choses en grand. Trois sidecars 1000 cm3 auxquels est venue s'ajouter une moto solo 500 plus ou moins privée. C'était lors de l'édition 1932 de l'épreuve sur le circuit de St-Germain, dernière année où il y eut une catégorie 1000 au Bol pour les attelages, dans la période avant-guerre.

    Apprécié des pilotes et des spectateurs, le circuit de St-Germain était pourtant bien malcommode avec ses stands séparés de la route par un profond fossé. Sauf acrobaties dangereuses, une grosse intervention sur un sidecar était impossible à l'abri du stand accessible par une passerelle improvisée.  

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Les trois équipages classés dans leur ordre d'arrivée avec le n° 56 en tête (pilote Péron-Soulisse passager), suivi du n° 55 (pilote Frisa-Craet passager) et le n° 54 (pilote Garouste- Pouxe passager). La présence de phares indique que la scène se passe avant le départ car ces accessoires, sans utilité de jour, étaient retirés le lendemain comme on le voit sur les photos suivantes. Le nom des passagers est donné sous réserve, car il était prévu trois remplaçants : Moven, Celys et Comte. La pluie, parfois violente, accompagna les concurrents durant la moitié de ces 24 heures.

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Profitant d'une éclaircie, le photographe tire le portrait de jeunes spectateurs invités des stands René Gillet (enfants de ?). Après un arrêt-ravitaillement, le passager de Garouste (n° 54) reprend péniblement sa place.

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Il semble que toutes les machines bénéficiaient de la suspension arrière typique des René Gillet, également montées sur les châssis des sidecars. On voit ici Péron dans ses œuvres masquant son passager. 

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Garouste (n° 54) dans le même virage que précédemment, ce qui permet d'admirer la bordure de la route en véritable granit (peut-être breton).

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Le photographe s'est déplacé pour retrouver Péron avec son passager mollement motivé (24 heures, c'est long !). Ils viennent de parcourir une longue ligne droite (115 à l'heure, dit Moto Revue), avant de terminer leur virage, surveillé par un commissaire. Un appareil téléphonique est accroché à l'arbre contre lequel il est adossé. Le progrès est en marche !

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Au fond à droite, deux officiels à brassards (ou des invités de marque) plutôt décontractés, une machine encore bien propre avec phare, l'épreuve se prépare doucement. Garouste a tout son temps pour terminer sa cigarette. Plus tard, lors d'un ravitaillement hâtif, c'est justement le feu qui va provoquer un drame. En coulant sur les cylindres, le carburant enflammé dessouda la fixation du robinet d'essence. Heureusement, plus de peur que de mal, mais perte de temps en conséquence ! 

    René Gillet au Bold'Or 1932

    Avec 367 tours bouclés (1534,60 kms) dans ses deux tours d'horloge, Péron est le premier classé de l'équipe René Gillet. Il précède Frisa (330 tours ) puis Garouste (293 tours), ce dernier payant sa séquence "incendie". Sur la photo ci-dessus, on distingue clairement la suspension du sidecar. Dans leur catégorie 1000 sides, les RG n'avaient qu'un seul concurrent, Barthélémy sur une machine à moteur JAP dont la distribution fit "une salade de pignons", selon Moto Revue

    Ce Bol vit également une René Gillet 500 en solo, menée par Gouru un fidèle des productions de Montrouge. Avec sa 500 monocylindre, il participait à de courtes épreuves (Côte Lapize), sans doute limité par son statut de garde républicain. Lui aussi connut des problèmes de carburation le contraignant à l'abandon à mi-course. Mélange trop pauvre puis "rupture" écrit Moto Revue), alors qu'il était en tête des 500.

    René Gillet au Bold'Or 1932

     Extrait d'un luxueux (imprimerie Draeger) dépliant René Gillet avec des châssis montées à droite pour mieux les mettre en valeur. Les machines solos sont à l'intérieur du dépliant. Les tenants du "montage à gauche", comme dans ce Bol, assuraient mieux prendre un virage en suivant le bord droit de la route. En voiture, le même raisonnement était tenu par les partisans du volant à droite que l'on trouvait encore chez certains constructeurs "rebelles". 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Malterre92
    Mardi 12 Mai à 21:03

    Merci Jean pour ce reportage.

    Petite question (possiblement élémentaire) : Je croyais qu'il y avait une corrélation entre la position du side-car et celle du levier de vitesse, genre opposée. Entre les photos du bol et celles du catalogue on voit un peu de tout. Me trompe-je ?

    Bien amicalement

    François

      • Mercredi 13 Mai à 10:46

        Malterre : Impossible d'établir une règle sur cette question. Étant donné la commande à base de tringleries diverses, il était facile de repositionner le levier au réservoir. De plus, René Gillet avait peut-être conservé sa politique de moto "à la carte" (plus ou moins) qu'il pratiqua avant 14 ? Néanmoins, il semble que le levier côté gauche se trouve le plus souvent sur des machines attelées, en particulier celles de l'armée. 

    2
    Gromonomaniaque
    Mardi 12 Mai à 21:55

    En ce qui me concerne, j'ai attelé ma Saro avec side à gauche, car avec le side à droite il y avait interférence entre ma jambe et l'attache centrale du side en kickant, surtout en cas de retour d'icelui (ouille mon tibia!)

    Amitiés à Jean Bourdache

    Pierre JOBARD

      • Mercredi 13 Mai à 10:47

        Salut, Pierre

        Alors, comme ça, tu as abandonné les joies de la gadoue ?

    3
    Liaan Lusabets
    Mardi 12 Mai à 21:57

    Bonsoir

    Je me suis laissé dire que le montage du side à gauche facilitait aussi les manœuvres sur les routes qui étaient encore souvent bombées à l'époque. Le Side étant assez lourd, pour effectuer un dépassement, il était plus aisé ainsi de changer, avec moins d'efforts, la trajectoire de l'attelage.

    4
    thefrenchowl
    Mercredi 13 Mai à 00:17

    Le side a moteur 1000cc JAP Racing de Barthelemy est annonce comme Bernardet… On ne sait trop qui l'avait pondu, fourche genre BMW et cadre en tole emboutie.

    Et mon favori, Louis Jeannin sur Jonghi TJ4 C, a remporte le general avec un nouveau record malgre la pluie.

    Patrick

      • Mercredi 13 Mai à 10:50

        Je m'a gouré, voir la réponse à Jacky !

    5
    jackymoto
    Mercredi 13 Mai à 09:26

    J'ai toujours eu des side-car et c'est vrai que si la majorité des virages sont à droite, dans le cas d'un side de tourisme (le cas des René Gillet et leurs caisses Vannod) un side à gauche apporte un confort. Sur un basset, mon copain Guerrin me dit que c'est différent.

    Par contre je trouve extrêmement déplaisant de passer à un panier à gauche car la conduite asymétrique demande l'inversion de tous les réflexes. Faire un bol sous la flotte avec des pneus d'époque, devait demander beaucoup de concentration...

     

      • Mercredi 13 Mai à 10:49

        ... vainqueur malgré une crevaison de l'arrière !

      • Teewy
        Dimanche 17 Mai à 17:04

        le side à gauche, sur route, c'est pas le pied pour doubler... !sarcastic

    6
    l'ancétre de Marseil
    Mardi 19 Mai à 10:00

    Le débat sur le positionnement du side n'est pas nouveau. Aujourd'hui, avec les routes actuelles encore bien revêtues (jusqu'à quand ? La France recule dans le classement européen), l'usage tourisme est d’atteler à droite (sauf les britons bien entendu), ce qui permet au pilote conducteur de mieux lire la route, d'ajuster avec plus de précision les croisements et d'effectuer des dépassements avec plus de sécurité.

    Sur la piste par contre, la quasi totalité des circuits tournants dans le sens des aiguilles d'une montre, il y a plus de virages à droite qu'à gauche, donc en appuie sur la troisième roue, comme sur les photos ci dessus, qui permet de passer plus vite voire en glisse sans risque de lever la patte ou même de retournement de situation. Aussi, tous (ou presque) les sides racing ont le paniers à gauche.

    A la conduite, la présence du panier poids mort plus ou moins permanent se signale à votre attention et on ne risque pas de l'oublier. Les trajectoires s'adaptent donc en continu. Ainsi droite ou gauche, on s'y adapte plus facilement qu'à la position du sélecteur d'avant la normalisation germano-nipponne.

    Salutations ancestrosidecaristes.

    René

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :