• Roland & Frank Chatokhine : une dynastie

    On est prié de cliquer sur les images pour les agrandir (click to enlarge)

    La première fois que j'ai rencontré Frank Chatokhine, il était déjà "à moto". Roland, son père, se déplaçait alors avec un attelage 650 BSA twin A65 équipée d'un somptueux carénage Avon "Streamliner" couleur vieil-or (ou gris-argent ?). Rebelle au permis auto (qu'il n'a jamais eu !), Roland transportait sa petite famille dans la caisse d'un Watsonian. C'est dans ce "berceau", que Frank a connu les réunions de ce qui était en train de devenir des motos anciennes. Par exemple au Circuit néerlandais de Zolder en 1980. Ou, plus près de nous, sur le circuit camion-école (?) de Marcoussis en pleine forêt. Un ruban d'asphalte de 1,5 km seulement, c'était court, mais pas question de faire les difficiles à l'époque. Que  l'A.A.M.A. en ait obtenu l'usage était déjà un petit miracle. 

    Tel père, tel fils : la dynastie Chatokhine

    La BSA-Watsonian sur le parking de Marcoussis, vue du côté qui m'a paru le plus intéressant, au point que j'ai négligé de photographier l'équivalent côté caisse du side. La même machine sera plus tard attelée à un Steib "obus" (monté côté gauche, sensations garanties pour le passager...), le tout dans une sobre présentation en noir. On reste dans le britiche intégral jusqu'au bout de la bagagerie signée "Craven" (toute en fibre de verre et métal, pas de plastique S.V.P.)

    À peine une dizaine d'années plus tard, j'allais retrouver Frank à l'occasion d'une séance-photo dirigée par Jean-Pierre Pradères. Pendant que l'homme de l'art cherchait "ses angles" autour d'une AJS de trial, vedette de cette séance, l'héritier Chatokhine faisait des ronds sur un terrain défoncé du voisinage au guidon d'une Honda CR50.

    Tel père, tel fils : la dynastie Chatokhine

    ... et déjà un équipement de professionnel, rien à voir avec une panoplie du Père Noël !

     Puis ce furent les années A.F.A.T.A. cette association vouée au trial et qui ne pouvait que séduire le clan Chato. Roland entraîna le fiston dans cette autre discipline. Il s'y fit les dents, entre autres, sur une Velocette qui accusait ses heures de vol avec cadre rigide et parallélogramme à l'avant. La preuve ci-dessous lors d'un trial organisé par les Bazire dans leur fief de Beauval-en-Caux (1997).

    Tel père, tel fils : la dynastie Chatokhine

    Depuis des temps lointains, Roland a "touché" à la machine de vitesse sur piste. On l'a vu sur une Triton, bitza des années d'après-guerre signé par Bernard Feuiltaine (refusée en "démo" lors d'une Coupe Moto légende...). C'est sans doute ce qui lui a donné le goût des twins de Meriden et la "spéciale (rigide et parallélo, ne tombons pas dans l'excès de technologie...), une Speed Twin de 1938 avec laquelle il a longtemps "fait campagne", est passée ensuite dans les mains de Frank. Avec mission de lui faire cracher ses ultimes chevaux, à voir la façon dont il la menait, ce au grand chagrin sonore et coloré d'un directeur de piste à Dijon. Lequel en a pourtant vu d'autres...

    Roland & Frank Chatokhine : une dynastie

    (Photo Archives Atelier Chatokhine)

    Voici dans sa dernière évolution, la Feuiltaine Spéciale 1948. Elle avait perdu son compresseur Cozette (avec un "z", sinon c'est la gamine de Victor Hugo) et gagné une fourche Télédraulic d'AJS renforcée par un énorme étrier que l'on trouve d'habitude sur les motos attelées. Le frein avant à tambour est enserré par deux larges flasques métalliques, une pratique censée en améliorer le refroidissement par "air forcé". Roland Chatokhine était alors dans sa période "total look gentleman" avec moustaches R.A.F. incorporées.

    (Ici, un intermède à propos du règlement de cette vénérable institution qu'est la R.A.F.. et qui, en 160 articles, définit ce qui est autorisé ou interdit à l'aviateur ou l'aviatrice britannique. Rien n'y est oublié, depuis la couleur des bas et collants - des dames - jusqu'à la hauteur de leurs talons (37 mm  maxi). Les dreadlocks ne doivent pas descendre plus bas que le col ; les favoris (les "pattes") sont limités à hauteur de la moitié de l'oreille ; tatouages et piercings sont déconseillés ou, pendant le service, doivent être dissimulés par le vêtement ou sous du ruban adhésif (!). Le port de la barbe n'est autorisé que pour motif religieux. Quant à la moustache, elle ne doit pas dépasser le bord de la lèvre supérieure, ce qui explique cette pilosité particulière étirée en longueur et aux extrémités relevées, connue sous le nom de "handlebar moustache"). Fin de l'intermède. 

    Tel père, tel fils: la dynastie Chatokhine

    Frustré sur les circuits français dévolus aux hypocrites "démonstrations" de motos anciennes, Frank traverse le "Channel" pour se frotter aux meilleurs de la DTRA (Dirt Track Riders Association) qui, comme son nom l'indique, organise un championnat de dirt track ou flat track, c'est selon. En gros et pour clarifier... il faut une moto qui tourne à gauche comme dans le speedway, sauf qu'on a droit à une boîte à vitesses mais toujours pas de frein avant. Ce championnat se dispute dans plusieurs catégories dont les "Vintage" où l'on trouve un paquet de Triumph (tiens, tiens...), mais aussi un JAP mono culbuté ("We are British, you know !").

    Photo de Ian Roxburgh, comme les deux suivantes, à retrouver avec des centaines d'autres sur http://www.ianroxburgh.co.uk 

     Tel père, tel fils : la dynastie Chatokhine

    C'est dans cette catégorie que Frank a mené sa Triumph Metisse à la première place dans 5 des 6 épreuves au programme de la saison 2014 ! Sur les 120 points possibles, il en a marqué 100. Pour une première saison, le fiston a porté haut les couleurs de l'Atelier Chatokhine dont il tient aujourd'hui le guidon. 

    Roland & Frank Chatokhine : une dynastie

    ♦      ♦      

    En inscrivant votre email dans la case "M'inscrire" de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. 

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    FAJ
    Lundi 3 Novembre 2014 à 16:58

    je crains, mon Cher Zhumoriste (nouveau) que tu te sois quelque peu emmêlé les neurones : la Speed-twin en question n'a provoqué aucun chagrin pas plus sonore que coloré du Directeur de piste de Dijon  - que je connais fort bien et pour cause ! A dijon justement le directeur en qustion qui pilote aussi le safety car (pardon pour l'anglicisme !) se réjouit chaque fois d'avoir la Triumph en qustion derrière son parechoc durant le tour de lancement. Et invariablement, Frankk passe largement en tête au premier tour, suivi par l'habituielle Velocette KTT. Bref, un régal pour le Directeur de piste qui, effectivement, en a pourtant vu d'autres !En revanche, je pilote était fort dépité lors du premier Vintage à Montlhéry : le 4x4 des organisateurs l'avait quasiment bloqué, l'obligeant à jouer de l'embrayage sur la première au motif "qu'il roulait trop vite !".  Alors, confusion entre Montlhéry et Dijon ??FAJ

    2
    FAJ
    Lundi 3 Novembre 2014 à 17:00

    Le fond blanc hyper lumineux est d'un pénible ! Il faut avoir l'acuité visuelle d'un pilote de chasse pour réussir à écrire !

    3
    Mardi 4 Novembre 2014 à 19:40

    1- Confusion pas impossible, c'est l'âge ! Mais ça ne change rien au sens du commentaire, donc balle au centre, si tu veux bien...

    2 - J'ai enfin trouvé comment changer la couleur du fond de ce cartouche, j'espère que ça marchera...

    4
    FAJ
    Mardi 4 Novembre 2014 à 19:54

    OUF ! Merci de nous offrir un vert ! 

    FAJ

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :