• Royal-Fabric (suite)

    LA SAGA ROYAL-FABRIC se poursuit avec les éléments qui manquaient dans le premier article. Grâce à F.M. Dumas, plus connu sous son pseudo de "Moto-Collection.org", un dépliant complet nous apprend le nom et l'adresse du constructeur. En prime, une autre machine de 175 cm3, une deux-temps à moteur Brouiller, un motoriste qui a longtemps "caché" son identité comme ses productions. La nébuleuse qui plane vers St-Etienne n'a sans doute pas encore livré tous ses secrets.

    Royal-Fabric (suite)

    Il me revient que dans les années 80/90, un de mes correspondants qui me lisait alors dans LVM, ou peut-être LVA, m'avait dit qu'il entreprenait une chronologie de tous les constructeurs stéphanois. Qu'en est-il de ce projet ? Tombé à l'eau, ou bien quelque chose m'a-t-il échappé ?

    Royal-Fabric (suite)

    Royal-Fabric (suite)

    Royal-Fabric (suite)

    Maintenant vous savez tout, il ne vous reste plus qu'à passer commande !

    Sur ce, moi je vous quitte, il faut que j'aille à ma fenêtre pour applaudir... Tout comme vous, j'espère

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Avril à 20:20

    Bonjour

    Tu parles sans doute de Laurent Martinaud , il continue toujours son recensement

    2
    noelmallet
    Lundi 13 Avril à 20:43

    Amusant, pour un motard stéphanois, cette adresse du 34 rue du 11 novembre était celle d'une concession familiale BMW / Yam . Dont l'inéffable, bien que très compétent,  patriarche qui répondait au prénom de Giacomo alimentait mille anecdotes.

      • Mardi 14 Avril à 17:33

        Mille anecdotes... une seule au hasard, peut-être ? Pour nous distraire... on a du temps...

    3
    Poncet Hervé
    Lundi 13 Avril à 23:11

    Site de Laurent Martinaud

      • Mardi 14 Avril à 17:31

        C'est sans doute bien de lui qu'il s'agit. Je suis allé sur son site où j'ai compté plus de 45 marques stéphanoises ayant construit des motos, beaucoup probablement en assemblages. Quel boulot en perspective !

        Merci de m'avoir fourni l'adresse.

    4
    noelmallet
    Mardi 14 Avril à 18:59

    Petite rectif c'est pas au 34 mais au 64, au 34 de cette rue il y avait un magasin qui reconditionnait des Béhèmes et des BSA rachetées en lots aux domaines, généralement des anciennes bécanes de gendarmerie ou douanes qui avaient des kilométrages .....pfouh!!!!!

    A l'époque j'avais une R50 et c'était mon fournisseur de pièces attitré.

    Pour l'anecdote chez Giacomo: Un pote surnommé "Griffonet" à cause de sa première bécane, une Pijot griffon évidemment, avait commandé une des premières 500 XT, Il m'a demandé de l'emmener en prendre livraison, du coup on arrive devant la boutique, sur ma ducati, et subrepticement j'aperçois le crâne chauve de ce cher Giacomo, qui rentre dans la boutique, quand nous entrons à notre tour, personne dans la boutique, et au fond de l'atelier, la voix du boss, avec son accent italien, qui hurle:

    "Domenica, viens chercher le pétit, il a pris oun marteau et il tape sur la moto de monsieur Griffonet!!!!!"

    Et là j'ai vu mon pote blêmir avant de voir surgir le boss qui se fendait la poire comme un malade:

    "ah vous avez eu les chocotes???? non????"

     

      • Mercredi 15 Avril à 09:43

        Bravo ! On en redemande ! 

    5
    Teewy
    Samedi 18 Avril à 14:46

    Mahh oune autré oune autré  !

    per favoré

    Grazie mille ! ça fait du bien, ne serait-ce que de sourrire happy

      • Samedi 18 Avril à 17:04

        Je dirais même plus : une autre !

      • noelmallet
        Lundi 20 Avril à 18:18

        Bon ben , à la demande générale, une autre, mais cette fois c'est moi qui l'avais un peu "arnaqué", gentiment bien sûr:

        je cherchais à remplacer mes bottes qui avaient bien vécu, dans les années 70, le truc était de porter des bottes de moto-cross, avec des protections en ferraille et des coques de partout, évidemment, comme tout bon sicilien, ce cher giacomo était le roi du marchandage, j'avais en vue des vendramini qui me plaisaient bien, mais un poil chères pour mes revenus de l'époque, du coup j'avais essayé de lui négocier un prix qu'il avait refusé ....

        Fort de cette info, j'avais emprunté les bottes Sidi toutes neuves de mon frangin, et étais retourné, le lendemain dans sa boutique, là il jette un oeil à mes pieds, et me dit:" Ma ! il fallait revenir me voir au lieu d'aller chez un concourrent, je pouvais vous faire les vendramini à votré prix!", et là pas dégonflé, je lui ai dit que je les prenais....vu que les Sidi  n'étaient pas à moi!

        Quelques années plus tard, il m'a avoué qu'il me les avait vendues sans faire aucun bénef dessus... "vus m'avez bien ou ....yes"

    6
    Lundi 20 Avril à 18:32

    Noel, joli coup et bon exemple pour un prochain achat...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :