• Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Cliquer pour agrandir l'image

    ON A RAREMENT VU la tribune de Montlhéry aussi garnie d'amateurs de motos "anciennes" que les 11 & 12 mai pour le Vintage Revival Montlhéry. Quelques semaines plus tard, les 22-23 juin, il y avait de nouveau foule sur les gradins de béton. Mais là, grosse différence avec les déluges du 11 mai, c'était pour fuir un cagnard qui allait précéder les journées de canicule qu'on a connues. Ce Cafe Racer Festival, 7eme du nom a réuni la crème des préparateurs, amateurs ou professionnels, avec leurs créations où le meilleur côtoie le pire. C'est la règle du jeu, et même si ce n'est pas votre cup of tea on doit reconnaître que tous ces p'tits jeunes ont un talent certain.

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Quelqu'un qui signe ce genre de travail ne peut pas être entièrement mauvais !

    P'tits jeunes (ou moins...), tous sont d'accord pour rendre hommage à leurs grands anciens dont Patrick Godet récemment disparu. Son nom est lié pour l'éternité à celui de Vincent, la marque que pendant des années il a contribué à maintenir en vie avec ses créations à base du cadre de Fritz Egli

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Un grand nombre de ses amis anglais ont fait le déplacement pour participer en sa mémoire à une parade commémorative sur le circuit. On comptait environ 70 machines dont certaines arboraient, comme sur le pare-brise du sidecar Steib de ces deux Anglais, un sobre sticker...

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    "TRIBUTE TO PATRICK GODET" (En hommage à Patrick Godet, à gauche, ci-dessous). Avec ces quelques mots simples, tout était dit.

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Mono 500 ou bicylindre 1000, attelé ou en solo, tout ce qui était marqué Vincent convenait à Patrick comme ce bel ensemble avec le célèbre Précision semblable à celui de ses débuts (Dans les Alpes, chez son ami Fritz ?).

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    À travers le parc, on trouvait d'autres Vincent ici et là, mais l'essentiel était bien évidemment dans la stand P.G.C. On y trouvait la rare Grey Flash que Patrick faisait courir, ainsi qu'une réplique de "Black Lightning" qu'il avait consenti à réaliser selon les désirs d'un amateur aux goûts personnels : guidon en plusieurs pièces, fourche spéciale, frein avant, gros réservoir façon records, garde-boue peints, etc.

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Comme j'ai foiré la photo de cette machine en 2019, je vous repasse celle de 2018, au moment où Patrick me l'avait décrite. Elle n'a pas changé en 1 an, sauf par l'inscription sur son réservoir. On est passé de Black Lightning 1955 à Back to Black Lightning 1955. Ce qui dissipe un peu l'équivoque sur une machine qui pourrait passer pour un modèle d'époque jusqu'ici inconnu...

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    L'un des thèmes de cette 7ème édition était un hommage à Triumph et à la Bonneville en particulier. Il y avait donc du twin dans tous les coins et recoins de Montlhéry. Dès l'entrée, après le parking des Vincent, un pickup blanc Ford F100 (salut, Jean-Do !) présentait une Triumph "historique", celle de Bud Ekins dont on connaît les liens qu'il avait avec Steve MacQueen.

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    Après sa victoire dans le Catalina GP de 1955, Bud et sa Triumph qui n'est pas celle qu'il préparera ensuite pour son ami Steve.

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    La préparation selon les canons en vigueur dans le off-road à l'américaine : les câbles de gaz des deux carbus de la TT Special sont "à l'air libre" donc rapides à changer en cas de rupture. Sur la photo du moteur ci-avant, on note les repose-pieds (pas cale-pieds, bordel !) boulonnés sur le cadre avec une plaque de protection de la boîte. Toutes les éventualités sont prévues ! (Cette machine est une réplique construite chez aceclassics.co.uk, un Briton qui a plein de bonnes choses pour Triumph). C'est sur son site que j'ai trouvé...

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    ... la photo de la machine qui est restée bien ficelée à l'arrière du Ford, donc impossible à photographier. L'ensemble est reparti l'après-midi du samedi. 

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    C'était sans doute la plus ancienne Triumph de ces journées. Quoique bien malade (carbu et échappement démontés), elle a gardé le fameux silencieux Brooklands can. Ce qui lui donne une allure bien particulière qu'on espère retrouver chez nous lorsque ce genre de contrainte va se répandre sur nos machines anciennes... Comme je l'ai appris de la bouche de Roland Chatokhine qui vient de s'offrir une Matchless G50 (ci-dessous en préparation) trop bruyante pour pouvoir rouler à Carole, par exemple.

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    L'histoire de l'autodrome de Brooklands se transporte en France : on crée un circuit loin des habitations (mais tout près d'un Roissy qui est un havre de tranquillité, comme on sait) et puis, peu à peu, les habitations se rapprochent et finalement, c'est le circuit qui devient hors la loi pour des riverains qui n'existaient pas il y a X... années. Renseignement pris, ça ferait déjà un moment que le taux de décibels en compétition est réduit comme peau de (de quoi ? de chagrin ! Bravo, vous connaissez bien votre "Journalisme sans peine"). Les usines n'ont pas de mal à se conformer aux nouvelles règles, mais pour nos "p'tites vieilles, comment faire ? On voit déjà le résultat...

    Un Montlhéry chasse l'autre : Cafe Racer Festival

    ... de quelques initiatives personnelles plutôt réussies comme sur cette Ducati point trop défigurée. Mais il s'agit là d'une machine de série coursifiée. Qu'en sera-t-il sur les vraies machines de course ?

    (Prochainement, une suite !)


  • Commentaires

    1
    François Arsène
    Lundi 8 Juillet à 22:24
    Je dirais plutôt pose-pied si tant est que le pied se repose rarement à moins que se farcie de l'autoroute avec des highway footpegs ... Mais cela étant mon Cher Jean, libre à toi de préférer l'autre version !
    2
    jackymoto
    Mardi 9 Juillet à 23:15

    Pour les cale pied, un pote casseur est obligé de mettre repose pied- cale pied sur ses annonces car il perd des clients ... incultes,  me dit il.happy  Pour les jantes, certains parlent de "cerceaux"  pour les coudes d'échappement de " cols de cygnes". La langue doit évoluer plus vite que moi.

     

    3
    Patrice94
    Jeudi 18 Juillet à 13:17

    Bonjour. Je vous avais laissé une question à propos d'E. Mauve ; sur http://zhumoristenouveau.eklablog.com/vintage-revival-montlhery-2017-de-e-a-e-a130413640; à laquelle vous n'avez jamais répondu. C'est pas très sympa de vous relancer ainsi, mais j'aurais vraiment besoin de ce renseignement...PS1 : mon email a changé, c'est bien celle-ci qui est la bonnePS2 : Bien triste Café racer festival, avec des vigiles aux quatre coins du tarmac pour nous empêcher de dépasser le bout de la tribune en béton ou, dans l'autre sens, la chicane Est. Ca me déprime. Pourtant, un après midi au Faye, ou au Deux Ponts, c'était... enivrant. Snif !... 

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :