• Vé-er-aime... Mon amour !

    Véheraime mon amour !

    IL FALLAIT UN CERTAIN COURAGE pour se rendre à Montlhéry au matin du samedi 11 mai sous un ciel noir de cataractes. Entre deux averses, les téméraires de la veille séchaient duvets, vêtements ou... magnétos puisque ils avaient roulé quand même. Le dimanche allait remettre les choses en place car Vincent Chamon, chaman à ses heures et cheville ouvrière du VRM avec sa bande de bénévoles avaient commandé un soleil qui fut au rendez-vous. Selon la formule habituelle, "les absents ont toujours tort", et on va de suite le prouver !

    Vé-her-aime mon amour !

    Bien que "marqué" Terrot, ce bicylindre était produit chez Givaudan

    SOUS UNE DIZAINE de barnums réunis se trouvait le clou de ces journées : l'exposition Terrot, Magnat-Debon, Écurie Nougier. Ancien du club du Motocyclettiste, Frédéric Soupey a pu réunir près d'une centaine de machines soit, à quelques modèles différents près, la totalité de la production dijonnaise au cours des ans ! 

    Vé-er-aime mon amour !

    C'est la seule machine connue des premières incursions de Terrot dans le motocyclisme. Jusqu'à 1901-02, la marque ne s'était intéressée qu'au tricycle puis au quadricycle (en plus des cycles qui constituaient l'essentiel de son commerce). 

    Vé-er-aime mon amour !

    Le moteur de celle-ci doit beaucoup à Bruneau (constructeur à Tours), et peut-être beaucoup plus à en croire l'ouvrage définitif sur Terrot qu'a signé Bernard Salvat. Qu'il aurait fallu avoir sous le bras (le livre, pas Salvat) pour déambuler intelligemment et pas à pas à travers cette expo.

    Vé-er-aime mon amour !

    Extrait du Catalogue Bruneau 1902

    Vé-er-aime mon amour !

    De Bruneau à Faure, de Givaudan à Zedel en pasant par Dufaux, la motorisation du début des Terrot est difficile à établir dans l'ordre chronologique. Cette Motorette N°2 (le nom est nouveau et breveté) de 1910, à moteur Zedel, montre la nouvelle fourche pendulaire apparue cette même année. Elle sera utilisée avec la même architecture jusqu'aux années trente.

    Vé-er-aime mon amour !

    C'est encore Zedel qui fournira à Terrot en 1913 un bicylindre à soupapes latérales au dessin particulièrement original.

    Vé-er-aime mon amour !

    Cette Motorette N° 4 était plutôt destinée à être attelée, ce que permettait sa confortable cylindrée de 650 cm3. Le gros moyeu arrière révèle ici le montage d'un changement de vitesses Armstrong à 3 rapports. Dès 1914, une Motorette N° 5 de 500 cm3 prendra la relève. Son moteur était un MAG semi-culbuté moins cher que le Zedel précédent et aussi plus fiable. 

    Vé-er-aime mon amour !

    Dans le but de "faire passer" un copieux pot-au-feu (merci de l'invitation), Jacky Pichaud va faire semblant de rouler sur sa Magnat-Debon latérales. Après quelques tours concluants sur béquille, il en restera là afin de repartir - à pieds - pour un dernier tour dans le parc.

    Vé-er-aime mon amour !

    Un tel troupeau de Magnat-Debon, il fallait être au Vintage pour voir çà ! Il s'agit de modèles dits "Aviation" car confiées aux pilotes d'aéroplanes de la Première guerre. Eux seuls étaient jugés capables, grâce aux connaissances mécaniques qu'on leur prêtaient, d'utiliser sans dommages ces fragiles bijoux à soupapes en tête.

    Vé-er-aime... Mon amour !

    On termine par là où on a commencé avec ce moteur Givaudan qui ressemble comme deux gouttes d'eau au "Terrot & Cie" qu'on voit en haut de l'article. Ce Givaudan était monté dans une La Française-Diamant alors en construction Outre-Rhin. Pas de nouvelles depuis...

    On se retrouve bientôt ici pour la suite du VRM


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Polo
    Mardi 21 Mai à 23:29

    Au sujet des frères jumeaux bicylindres, il est possible de voir celui estampillé Terrot entouré de sa partie cycle dans la Bible selon Saint Jean à la page 229 (extrait du catalogue Terrot).

    En fait de jumeaux, il pourrait s'agir en réalité de triplés voire davantage : il existe la version avec la plaque vissée Terrot et celle avec l'inscription GIVAUDAN venue de fonderie sur le bas moteur comme on le voit dans l'article de Jean ci-dessus.

    On le trouve aussi catalogué avec la mention "Clément bicylindre de course (1903)" sans annotation particulière sur le bas-moteur ou encore dans le livre "Libourne 1900" de Peychès à la page 58 monté sur une motocyclette fabriquée par un vendeur de bicyclettes libournais (navré pour la pub mais on y découvre du reste un magnifique triporteur, des bicyclettes et automobiles du même millésime).

      • Mercredi 22 Mai à 20:09

        Merci de la canonisation, mais il me semble que cet honneur ne s'utilise que pour les défunctés. Enfin, il y a l'intention que NOUS apprécions...

    2
    Dupépé
    Mercredi 22 Mai à 16:45

    Merci Jacky

    3
    Mahistre
    Jeudi 23 Mai à 02:47

    Bonjour, je lis une double erreur, il y est écrits que cela serait des types "Aviation" car confiés aux pilotes de la Première guerre… Sauf que ceux ne sont pas des "Aviation" car les "Aviation" sont des modèles équipées d'une boite à vitesses à 2 rapports et je n'en vois point sur ces machines. Les "Aviations" sont nées très exactement le 21 septembre 1920. A+

    4
    Mahistre
    Jeudi 23 Mai à 02:51

    Correction 21 juillet 1920, les documents manuscrits sont difficiles à lire.

     

    5
    Zerton
    Vendredi 24 Mai à 21:43

    Merci cher Jean pour cet aperçu fort documenté d'une manif un peu lointaine à présent au cours du pétrole, mais qui demeure une envie pressante si je puis dire.

     

    6
    jackymoto
    Dimanche 26 Mai à 22:35

    Voui, mon vieux pote Edmond Roynel avait une rare Magnat 2 vitesses

    qu'il me qualifiait d'aviation (Magnat rare, c'est un pléonasme pour ces années là!).

    Les 3 en échappement libre de ta photo doivent être de course...à moins qu'il y ait eu

    une mode "pré- Mobylette" consistant à faire du bruit  en sciant les pots.happy

    Pour Dupépé, c'est  Jean qu'il faut remercier pour la qualité de ses reportages.

    Sais tu qu'il officiait déjà à Moto Revue du temps ou ta mère t'emmenai à l'école en Vespa?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :