• Juin 1936 : moto et Front Populaire

    POURTANT GRANDS AMATEURS de commémorations, anniversaires, célébrations diverses, les Français ne se sont guère bousculés pour ranimer le souvenir d'un événement qui a tant bouleversé leur vie quotidienne, je parle du Front Populaire (1936-1937). Aujourd'hui, nous n'avons pas moins de 41 Journées consacrées à un fait particulier de la vie collective, auxquelles il faudrait ajouter les 11 fêtes religieuses chrétiennes auxquelles il faudrait ajouter les festivités particulières aux religions juive, musulmane, bouddhique, protestante, etc. Et les athées ? Non, rien encore pour eux...

    Juin 1936 : le Front PopulaireIl existe donc la Journée Bistrots en Fête ou celle Contre les Frustrations que rencontrent les gauchers au quotidien, d'autres se préoccupent de L'hypertension, l'Entreprise, la Trisomie 21, la Pauvreté, la Courtoisie au volant (Arf !), la Violence faite aux Femmes ou encore La Prévention contre les risques du Tabac, de l'Alcool, des Drogues Illicites et des Médicaments Psychotropes (Ouf !). Mais rien sur un épisode de notre histoire nationale qui nous a apporté les congés payés - de deux semaines (réservés auparavant aux fonctionnaires), la scolarité obligatoire portée à 14 ans, la semaine de Juin 1936 : le Front Populaire40 heures. Enfin, et surtout, une forme de reconnaissance de la dignité de l'ouvrier à travers les conventions collectives.

    En ce début d'un été 36 qui sera chaud - pas seulement à cause des grèves massives - l'intérêt des travailleurs français se concentre sur les congés payés synonymes de "vacances" alors que cette revendication ne figurait même pas dans les discussions préliminaires entre syndicats et patrons. Cependant "être payé à ne rien faire" est une notion si nouvelle que seulement 600 000 d'entre les "vacanciers" choisiront de quitter leur horizon quotidien, malgré la réduction de 40 % sur les "billets Lagrange" du chemin de fer. Ils seront déjà 900 000 l'année suivante et 1 700 000 en 1938. Une situation bien résumée en 1942 devant ses juges de Vichy par Léon Blum, accusé d'être responsable de la défaite de la France (...). Le chef du gouvernement du Front Populaire, déclarait alors : "J'ai traversé la grande banlieue parisienne et j'ai vu les routes Juin 1936 : le Front Populairecouvertes de ces théories de tacots, de motos, de tandems avec des couples d'ouvriers (...). Tout cela me donne le sentiment que par l'organisation du travail et du loisir, j'avais malgré tout apporté une espèce d'embellie, d'éclaircie, dans des vies difficiles, obscures (...), qu'on leur avait ouvert la perspective d'avenir, qu'on avait créé chez eux un espoir." Cette embellie aura entraîné à travers la France la mise en chantier de 33 piscines et l'aménagement de 235 terrains de sport. Détail caractéristique et d'importance, ces terrains sont construits sans tribune, signifiant bien par là que l'intention du Ministère des sports et loisirs - Léo Lagrange aux manettes - était de privilégier le sport-loisir, pas le spectacle. Une orientation qui peut laisser rêveur aujourd'hui...

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Les humoristes s'en donnent à cœur joie pour railler avec ironie une certaine presse bourgeoise qui a prédit les pires catastrophes après les Accords Matignon (dessin non signé).

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Bien sûr, les photographes savent parfois être convaincants pour faire le bon cliché, mais il ne semble pas qu'on ait dû forcer la main à ces voyageurs pour qu'ils expriment leur gaieté.

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Vision apocalyptique, mais néanmoins humoristique, des départs vers les plages, croqués par Alain Saint-Ogan (l'immortel papa de Zig et Puce).

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Vignette piquée sur le FB de : https://www.facebook.com/zig.puce.alfred

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Une plage (normande ?) à la fin des années 30, les tentes des "riches" sont loin du bord de mer occupé par "le populo", situation à peine exagérée ci-dessous par Pol Ferjac (Canard Enchaîné). 

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    LA PLACE DE LA MOTO FRANÇAISE EN 1935-1939

    Contrairement à ce qui se passe dans les pays voisins, et néanmoins ennemis futurs, le Front Populaire n'entreprend pas de "militariser" ses motocyclistes, jeunes ou vieux. Nos armées participent à d'aimables rallyes et autres Tour de France point trop éprouvants pour les hommes ni pour les matériels (Au Tour de 1936, sur 69 engagés, 51 sont des militaires). Ces épreuves ne sont guère comparables à l'entraînement intensifs des jeunes Allemands, ceux de la Hitlerjungend par exemple, reflets et publicités vivantes d'une industrie en pleine progression comme on s'en apercevra... trop tard. Chez nous, à la veille de la guerre, la moto en France aura perdu 150 000 machines sur les 550 000 immatriculations de son parc de 1935. Dans le même temps, l'automobile est passée de 1 547 000 voitures particulières à 1 900 000. On voit que l'évolution du niveau de vie n'a touché qu'inégalement les classes de la société. Les augmentations de salaires obtenues lors des Accords Matignon de 1936 avaient été vite absorbées par la hausse des prix qui a suivi.

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Une mécanicienne de fantaisie sur une Terrot 100 cm3 Type VM à cadre ouvert. Lancée en 1932, cette machine obéissait à la réglementation des B.M.A. (Bicyclette à Moteur Auxiliaire) datant de 1926. Limitées à 100 cm3, elle devaient avoir des pédales de mise en route, une vitesse maximum 30 km/h, un poids maximum de 30 kg. En compensation de ces contraintes, le conducteur était dispensé du permis de conduire. Les Terrot VM, doublées dès 1933 d'un changement de vitesse à deux rapports, disparaîtront du catalogue dijonnais en 1936

    La construction française a fait une croix sur les mirobolantes stars des Salons de 1930/31 dont les Motobécane 4 cylindres sont les meilleurs exemples. Mis à part quelques "originaux" (Jonghi ou l'artisan-artiste Nougier) nos constructeurs ne proposent des nouveautés qu'en petites cylindrées de 100 à 175 cm3. Dans leur grosse majorité, à côté des "utilitaires-tourisme" des grands (Motobécane, Terrot, Monet-Goyon et autres, Peugeot), ces légères machines sont équipées des deux-temps que fournissent les motoristes Train, Chaise, Stainless ou Aubier-Dunne. Exception pour les Dax ou Gem, deux élégants culbutés d'une diffusion trop confidentielle.

    Juin 1936 : le Front Populaire

    À défaut de grosses cylindrées nouvelles, on épuise les anciennes de grande qualité comme une Norton culbutée qui a déjà bien vécu... Hâtivement immatriculée (WW de garage ?) elle...

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    ... a gardé assez de prestige pour tenter/impressionner les amis ou parents que l'on visite en vacances dans leur camping. L'échappement raccourci et simplifié, de même que le "pillion-seat" destiné à la passagère, incitent tout naturellement à la position "recherche de vitesse".

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    La 1000 Ariel 4 cylindres sortie en 1937 n'était vraiment pas la machine de M. Tout le Monde. Cet élégant pilote arbore un modeste sourire en harmonie avec la classe "british" de sa monture.

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Il n'est pas de ceux qui font toilette au matin, tous ensemble filles et garçons, autour de la bassine d'eau commune (Photo Pierre Jamet). Mais il manque aussi une scène de la douche revigorante...

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    ... de Dina Verny qui va devenir le modèle préféré du sculpteur Aristide Maillol (Photo Pierre Jamet - 1910-2000, qui fut également chanteur dans le groupe des 4 Barbus). Le monde entier connaît aujourd'hui Dina qui a inspiré 18 bronzes dispersés dans les jardins des Tuileries à Paris. Ces œuvres, parmi lesquelles Les Trois Grâces, La Méditerranée, La Baigneuse se coiffant, ont été données à l'État par Dina Verny elle-même afin que le travail de l'artiste soit mieux reconnu.

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Le maillot de bain deux-pièces  progresse mais n'a pas conquis tout le monde...

    Le développement des Auberges de Jeunesse (la première a été lancée en 1929 par l'humaniste Marc Sangnier) a été accéléré sous le Front Populaire. Léo Lagrange préside le C.L.A.J. (Centre Laïque des Auberges de Jeunesse) attirant des milliers de campeurs-marcheurs. Résolument individualiste, le motocycliste pratique lui aussi le camping mais en comité plus restreint.

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Immatriculée en mai 1938, cette Motosacoche reprendra du service après la guerre. Malgré des freins sur poulie-jantes (aussi sur la roue du side) ses performances lui permettaient d'honorer son surnom bravache de "Meteor II". La légère carrosserie en osier recouverte d'une bâche est typique de la préparation des machines de tourisme/sport pour la compétition dans les années 1920/30.

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Machine enviable et enviée, même aujourd'hui, on imagine qu'une 1000 Harley culbutée l'était encore plus au moment de son immatriculation en France (1937 à Paris). Palmier et pin-parasol en arrière-plan, espadrilles pour tous, chapeau de paille fleuri et "marcel" en laine tricotée, aucun doute, la photo fut faite dans le Midi ! (Collection Jacky Pichaud - de Limoges ).

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    Dans tous les domaines, le Front Populaire a voulu exprimer la solidarité envers toutes les générations depuis l'enfance jusqu'à la maturité. Il y eut même en 1936 des timbres édités en soutien aux chômeurs intellectuels...

    Juin 1936 : moto et Front Populaire

    ... mais, bizarrement, il faudra attendre l'an 2000 pour que les congés payés soient enfin honorés.

    ___________________________________

    AVIS AUX AMATEURS : J'ai remis la main sur une dizaine d'exemplaires du livre "Les Motos des Français - Un album de famille 1945-1970" - 130 pages, 240 photos inédites. Un chèque de 40 euros - port compris - fera de vous un homme (ou une femme) heureux (heureuse).Tous renseignements complémentaires : janbour@free.fr

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jackymoto
    Lundi 4 Juillet 2016 à 13:00

    La Harley  de Raymond et Lélia, n'était une "qu'une" latérale, ce qui était déjà très bien. Ses utilisateurs (qui la remplaceront par une Vincent ) en avaient été enchantés.

    2
    durand michel
    Mardi 5 Juillet 2016 à 08:15

    a photo de dina verny  est un beau cadeau de debut de vacances

    finalement rien be vaut une cul butee

     

     

     

    3
    jackymoto
    Mardi 5 Juillet 2016 à 12:56

    C'est vrai mais au bout d'un moment, le cul lasse...

    4
    Zhumoriste
    Mardi 5 Juillet 2016 à 15:50
    Les deux derniers : vous sortez !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :