• Un Vintage Revival largement baptisé !

    POUR TOUT AVOUER, je n'avais pas trop envie d'aller à Montlhéry ce matin du 6 mai. À peine les volets ouverts, une courte drache donnait le ton de la journée. Mais, comme on sait, le plateau de Saint-Eutrope est un endroit capricieux donc imprévisible. En mai, on peut y connaitre la canicule aussi bien que la neige (Coupes Moto Légende en 19??). Je me disais que je trouverai bien les photos nécessaires sur le vouèbe pour donner le change et faire croire que j'y étais. Finalement, un restant de conscience professionnelle et aussi le désir d'aller voir sur place ce que Vincent Chamon et ses boys avaient réussi à rassembler - la crême de la crême, comme on dit en anglais - tout ceci, donc, l'a emporté. Voici ce que j'ai trouvé en vidant mon Kodak (on n'oublie pas de cliquer sur les images).

    Un Vintage Revival largement baptisé !

     Pour ne pas susciter de jalousies avec un classement personnel discutable, on procédera par lettres alphabétiques et donc "A"...

    Un Vintage Revival copieusement baptisé !

    ... où l'on trouve ABC avec ce modèle 1914 destiné à la compétition, d'où sa courroie de transmission directe. Le moteur flat-twin n'a pas encore sa disposition définitive en travers. Il est comme tous les autres du même type et de la même époque, par exemple chez Douglas, Williamson, Montgomery et autres Wooler. Car, on apprendra aux jeunes couches que le flat-twin a existé avant de devenir "boxer" chez vous-savez-qui... Tout à fait à part, on ne peut pas ignorer le Humber qui pourrait mériter le qualificatif de "flat-three" car constitué d'un cylindre avant de 370 cm3 et de deux cylindres arrière de 185 cm3 chacun, le tout à plat et britannique, évidemment.

    Un Vintage Revival copieusement baptisé !

    Quoi qu'il en soit, comme aimait à dire note défunt camarade Pierre Bouteiller, cette ABC est née avec des soupapes en tête commandées par tiges et culbuteurs, le tout refroidi - et graissé - par l'air ambiant. Dotée d'un moteur semblable il existait une ABC (toujours de course) avec courroie coté droit donc nécessitant un démultiplicateur.

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    Il se dit que deux ans avant l'apparition des ABC, leur créateur avait puissamment "retravaillé" la 350 Douglas de S.L. Bailey qui avait permis à celui-ci de battre plusieurs records longue distance à Brooklands, flirtant avec les 85 km/h. De brave latérale, la Douglas avait été transfigurée en culbutée.  

    Un Vintage Revival copieusement baptisé !

    Cependant, "de source autorisée" la première ABC aurait cette allure qui se différencie grandement par sa transmission à chaîne en place de la courroie de son aînée. Elle disposait également d'un changement de vitesse, sans doute par poulie extensible. S'il s'agit vraiment de la première ABC, sa distribution est du type semi-culbuté (admissions latérales, échappement culbutés).

    sUn Vintage Revival copieusement baptisé !

    ABC, marque à l'honneur choisie cette année par le Vintage RM était représentée par environ deux douzaines (!) de machines portant la patte de Granville Bradshaw, vénéré créateur de ce flat-twin britannique. Parmi elles, bien que sous la marque Zenith, le modèle longitudinal de 1922 installé dans sa partie-cycle bien particulière elle aussi, du type Gradua, dont le changement de vitesse se fait par déplacement de la roue arrière.

    Un Vintage Revival copieusement baptisé !

    Modèle intéressant n'est-il pas, et encore plus si l'on se penche sur ce 500 cm3 Bradshaw dont les cylindres sont refroidis par huile. Seulement les cylindres, car les culasses restent à l'air libre exhibant les ressorts des queues de soupapes actionnées par des culbuteurs dont les tiges de commande sont sous les cylindres (La moto vient du Brooklands Museum).

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    Dans la taille en-dessous, (très) nous avons le Skootamota avec moteur flat mais pas twin comme on peut voir, motorisant un scooter des années 20. Distribution par soupapes en tête dans une culasse fonte boulonnée par dessous. Comme sur les motos ABC de cette génération, le cylindre est tourné dans l'acier ce qui posait quelques problèmes d'échauffement. Que Granville Bradshaw balayait d'une riposte imparable : "Plus un moteur chauffe, plus il donne de puissance !"

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    Dès ses débuts avec l'Autofauteuil (français, en 1902 !), le scooter s'adressa aux membres du clergé et aux personnes "désirant garder en toutes circonstances une certaine dignité dans leurs déplacements". Changement de cible au lendemain de la Première guerre lorsque la femme s'émancipe (c'est ce qu'on dit, mais ce sera un peu plus long), ayant démontré dans le conflit qu'elle avait une place à l'égale de l'homme. Alors pourquoi pas au guidon d'un deux-roues ? En France, Gaby Morlay ou Mistinguett feront la promotion du Skootamota, du moins le temps d'une pose sous l'objectif des photographes.

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    ... tandis qu'un iconoclaste (Vivant ?) a donné sa version du flat mono dans Moto Journal.

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    Dans la famille ABC, je voudrais le moteur fixe SVP. Ne quittez pas l'écoute, nous avons ça en magasin dans la version à distribution semi-culbutée. Le capotage en tôle permet le refroidissement à l'aide du volant faisant fonction de ventilateur. Le système sera repris et amélioré sur l'automobile ABC...

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    ... avec une cylindrée portée à 1280 cm3 et en y ajoutant une petite hélice (en bois). Il paraît cependant que la longueur excessive des tiges de commandes des culbuteurs ne fut pas sans occasionner quelques déboires. Aucune autre information n'a filtré dans les gazettes de l'époque sur cette machine restée à l'état de prototype...

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    ... mais d'une assez belle allure pour susciter des regrets aujourd'hui.

    Un Vintage Revival largement baptisé !

    Au milieu des années 20, une ABC plus élaborée fut offerte aux automobilistes amateurs de "Super Sport", toujours avec le flat-twin dont la culbuterie était enfermée, donc lubrifiée. Le refroidissement était confié à une hélice, mais le capot de la carrosserie s'ornait d'un radiateur (faux) muni d'un (vrai) bouchon. Lequel permettait de remplir le réservoir de carburant disposé au-dessus du moteur (en noir, ci-dessus). Ce qui provoquait quelques gags désopilants lorsqu'un mécanicien étourdi refaisait le niveau... d'eau dans le radiateur.

    (C'en est fini du 'A', pour le 'B' revenez bientôt)

    AVIS AUX AMATEURS : Il reste quelques exemplaires du livre "Les Motos des Français - Un album de famille 1945-1970". Un chèque de 40 € port compris fera de vous un homme (ou une femme) heureux (heureuse).Tous renseignements complémentaires : janbour@free.fr

    Des trois volumes "La Motocyclette en France" déjà publiés, seul celui traitant de la période "1922-1924" est encore disponible. 55 € port compris. Adresse mail idem ci-dessus.

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jackymoto
    Jeudi 18 Mai à 23:38

    L'ABC avait également équipé quelques inénarrables Hélica, qui telle la GS qui refaisait la route, balayait la poussière et les feuilles mortes avec son hélice!smile

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    jacquemoto
    Vendredi 19 Mai à 08:11

    Merci monsieur pour ce reportage (et ceux à venir) et bravo aux organisateurs d'une vrai manifestation pour vraies motos anciennes. Ca change un peu des cortèges "youngtimer" qui pullulent de plus en plus dans beaucoup de manifestations

    3
    zerchot
    Vendredi 19 Mai à 09:47

    Cher ami Bourdache, merci !  Effectivement, il eût été dommage de rester cloîtré  à la maison pendant que ces magnifiques engins paradaient....

    Vivement les autres lettres de l'alphabet !

    4
    Gelé
    Vendredi 19 Mai à 12:40

    Nous y étions et les gouttes... on ne les a même pas senties tant nous étions occupés par toutes ces merveilles à 2, 3 ou 4 roues !

    Plein les oeils on en a prit... et les oreilles aussi...

    On a eu "les poils" bien souvent (de la gym pilaire...) durant ce weekend. 

    Vivement les 11 et 12 mai 2019 !!! ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :